Enodia: "Rien à signaler. Nethys ne fait que respecter son mandat"

©RV DOC

Un CA conjoint avec Nethys s'est tenu ce samedi du côté d'Enodia. L'intercommunale liégeoise a demandé des précisions sur ses intentions à sa filiale. Leur objet? La vente de Voo au fonds américain Providence.

Après 8 heures de discussions à huis clos, Enodia vient de publier au forceps un communiqué de presse officiel répondant aux allégations diffusées par voie de presse vendredi. Le conseil d’Administration de l’intercommunale liégeoise précise à nouveau qu’elle à décidé de confier, le 14 décembre dernier, au C.A. de Nethys un mandat “afin d’adopter toutes les dispositions utiles en vue de faire évoluer le périmètre des activités du groupe de telle manière à ne plus détenir de participations majoritaires dans certains secteurs concurrentiels”. Ce mandat, ajoute Enodia, précise explicitement que “tout partenariat qui serait noué doit l’être dans le respect particulièrement des intérêts du personnel du groupe et des actionnaires publics liégeois”.

“S’agissant des activités concurrentielles, dans le secteur des télécommunications de surcroît, la recherche de partenaires potentiels nécessite de la discrétion dans la préparation des différentes opérations et entraîne la signature fréquente de contrats comprenant des clauses de confidentialité nécessaires à l’échange entre parties en négociation de données relatives à leurs activités respectives et les éléments de leur bilan”, précise encore le communiqué d'Enodia, dans la droite ligne de ce que confiait à L’Echo sa Présidente, Muriel Targnion, pas plus tard que jeudi, ajoutant qu’elle entendait bien sûr informer les actionnaires publics du groupe sans compromettre les énormes intérêts économiques en jeu.

C’est toujours dans cette même optique que l’intercommunale a tenu ce samedi un conseil d'Administration conjoint avec Nethys et a reçu de sa part toutes les informations sollicitées. “Des explications ont pu être données tant par les administrateurs de Nethys, son management, que par le consultant Mc Kinsey présent”, précise encore Muriel Targnion, qui rappelle, au nom du C.A., qu’elle a fait savoir une fois encore à son homologue de Nethys, Pierre Meyers, que  “toute opération à intervenir doit être assortie des garanties déjà mentionnées, à savoir  le contrôle des valeurs de cession proposées et le parfait respect des différentes règles de bonne gouvernance par des experts indépendants". Des missions ont d'ailleurs été actées par écrit en ce sens.

“Le projet présenté ce samedi par le CA de Nethys est l’aboutissement d’une procédure transparente, dans laquelle différentes offres ont pu être déposées, comparées et analysées. Il comporte les garanties demandées relatives à la défense de l’emploi, aux sièges d’activité du groupe et à l’intérêt des actionnaires publics. Il peut par ailleurs potentiellement être la source de projets de développement intéressants pour la région liégeoise même si ceux-ci ne sont pas encore arrêtés et devront préalablement être débattus avec les différents actionnaires du groupe”, indique encore Muriel Targnion par voie de communiqué.

Enodia insiste encore sur son souhait de finaliser le plus rapidement possible les négociations avec Brutélé, dans le respect des intérêts de chacune des parties tout en restant étroitement informé de l’évolution des différentes opérations en cours au sein du groupe.

“Dès que nous disposerons de l’ensemble des informations demandées, nous porterons à l’ordre du jour du C.A. l’avis conforme à rendre sur les opérations soumises ainsi que notre aval définitif sur le plan d’action proposé, conclut le communiqué.

Pour rappel, nous évoquions vendredi qu'une due diligence est opérée depuis mai entre Nethys et le fonds américain Providence Equity Partners LCC (notamment propriétaire de ArcadeMedia, Kabel Deutschland ou Warner Music Group) au sujet du rachat de 50% plus une action du pôle télécom-média (lire Voo) de l'entreprise. À Liège, les sorties dans la presse font craindre que le deal lié au rachat de Brutélé capote, avec une perte de valeur conséquente - on parle de 100 millions d'euros - pour tous les actionnaires publics.

Face à la situation, le PTB interpelle le nouveau président du Parlement, Jean-Claude Marcourt (PS), et demande la convocation d’une commission d’urgence des pouvoirs locaux.

"Moreau et toute sa clique doivent partir."
Jean-Marc Nollet
Coprésident d'Ecolo

Jean-Marc Nollet, coprésident d'Ecolo, s'est quant à lui indigné de l'absence de communication aux communes, actionnaires de Nethys, au micro du Grand Oral de La Première ce samedi matin. Il a déclaré: "C’est quand même très grave, parce que c’est l’argent des citoyens derrière ça, c’est de l’argent public. J’en appelle aux responsables politiques liégeois, il faut qu’ils prennent leurs responsabilités, c’est eux l’actionnaire." Avant d'ajouter, sans équivoque, : "Moreau et toute sa clique doivent partir."


Le PTB  interpelle le nouveau président du Parlement, Jean-Claude Marcourt (PS), et  demande la convocation d’une commission d’urgence des pouvoirs locaux  

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect