Publicité
Publicité

Google s'implante à Farciennes et investit 500 millions d'euros à Saint-Ghislain

C'est le site de l'Ecopôle à Farciennes qui a été choisi par Google pour construire son nouveau data center sur le sol belge. ©EPA

Google va construire son 6e data center belge en bord de Sambre et investit 500 millions d'euros sur son site de Saint-Ghislain.

Google apprécie toujours autant la Belgique pour y développer ses infrastructures européennes. Après avoir construit quatre data centers sur son site de Saint-Ghislain, Google vient d'officialiser la construction d'un 5e data center sur le même site et un investissement de 500 millions d'euros comme nous le révélions en décembre dernier. Le géant américain a dans le même temps acquis, selon nos informations un terrain de 53 hectares pour y construire un nouveau centre de données.

53
hectares
Google a signé un accord avec Igretec pour l’acquisition d’une parcelle d’environ 53 hectares à Saint-Ghislain.
Publicité

En gestation depuis 2019, une nouvelle unité sera bel et bien installée sur le site de l’Ecopôle, situé à cheval sur les communes de Farciennes, Aiseau-Presles et Sambreville, stratégiquement placé en bord de Sambre.

Ce nouveau projet devrait conforter l’implantation belge de Google qui a déjà investi près de trois milliards d'euros sur notre sol pour la construction de data centers, ainsi que d’une centrale solaire. Le terrain de Saint-Ghislain - 90 hectares achetés en 2005 à l’intercommunale locale IDEA - arrivant aux limites de ses capacités, le géant américain était à la recherche d’une implantation depuis un bon moment.

Un projet qui remonte à 2019

Google lorgnait depuis deux ans sur le site de Farciennes qui avait déjà été envisagé en 2019. Mais l’achat avait capoté, suite à des fuites concernant l’intérêt du géant américain pour ledit terrain. Cette fois-ci, la vente est entérinée et devrait être annoncée par Google dans les heures ou jours qui viennent.

Gourmands en surface et en énergie, les data centers ne le sont pas forcément en main d'œuvre locale.

Il y a un peu plus d’un mois, l’entreprise américaine a ainsi signé un accord avec l’intercommunale de développement économique Igretec pour l’acquisition d’une parcelle d’environ 53 hectares. Contactés, Google et Igretec ont cependant refusé de commenter l’information.

De l’eau et de l’électricité

Outre la présence indispensable de l’eau de la Sambre en bordure du terrain de Google pour refroidir les installations du data center, le site est directement connecté au réseau électrique avec du 150 et du 350 kW. Elia dispose, par ailleurs, d’un poste de transformation sur le site et le gestionnaire du réseau de transport d’électricité a confirmé qu’une capacité de 200 à 300 MW serait disponible.

Une partie du site de l’Ecopôle pourrait, par ailleurs, accueillir un champ de panneaux solaires. Enfin, le zoning est directement connectable à un réseau de fibre optique via la Sofico. Des éléments qui en font un site d’implantation idéal pour Google.

Il est évident que cette arrivée ne passera pas inaperçue dans l’Ecopôle. Sur les 130 hectares inaugurés il y a 10 ans pour accueillir des entreprises, Google en possèdera la plus grande parcelle. Le zoning est, par ailleurs, depuis ses origines, voué à accueillir des entreprises orientées vers le développement durable et l'économie circulaire.

600 millions
d'euros
En termes d'investissement, le futur data center devrait représenter autour de 600 millions d'euros pour Google.

En 2018, Ecoterre y installa ainsi ses quartiers. Cette entreprise reconnue dans le génie civil environnemental a notamment assaini le site des Jeux olympiques de Londres en 2012. L’arrivée de Google et ses installations électro intensives pourraient ainsi casser ce principe à moins qu’Igretec impose à Google la mise en place d’initiatives écoresponsables.

Quel impact sur l'emploi?

Gourmands en surface et en énergie, les data centers ne le sont pas forcément en main d'œuvre locale. Leur impact sur l'économie locale n'est tout de même pas à négliger. Sur le site de Saint-Ghislain qui fait un peu moins du double de surface, ce sont tout de même 350 personnes qui travaillent actuellement, auxquels il faut ajouter un millier d'emplois indirects.

En termes d'investissement, le futur data center devrait représenter autour de 600 millions d'euros pour Google, comme les deux derniers-nés belges en la matière. Ce nouveau data center porterait les investissements de Google sur le sol belge à un montant proche de trois milliards d'euros depuis son arrivée en 2009.

Le site de Google à Saint-Ghislain. ©Photo News

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.