Harvard va coacher les dirigeants des outils publics wallons à Charleroi

©BELGA

En partenariat avec l’ULB, Harvard va proposer aux décideurs de l’action publique wallonne un certificat en stratégie territoriale, microéconomie et compétitivité. La formation sera dispensée par Bruno Colmant et Paul Magnette.

La question contient une part d’inconnue! Alors que la Wallonie était à la pointe de l’industrialisation au début du XXe siècle dans des secteurs comme le verre ou la sidérurgie, pourquoi, à un moment donné de son histoire, la Flandre a-t-elle pris un chemin différent qui lui permet de mieux performer aujourd’hui? Ce schisme entre le nord et le sud s’illustre notamment par le marché de l’emploi, une des plus importantes disparités interrégionales du pays. Alors que le Nord peut se vanter d’avoir un taux de chômage inférieur à 4%, il atteint un niveau maximal de plus de 11% dans le Hainaut.

"Nous avons remis notre candidature et avons été sélectionnés pour importer le modèle à Charleroi. C’est une première en Belgique."
Thomas Dermine
Responsable du plan Catch

La morphologie économique de la Belgique a de quoi susciter les interrogations sur les choix opérés par le monde politique au point de s’étudier, avec l’université américaine de Harvard, à Charleroi à travers un certificat assez inédit en "Stratégie territoriale, microéconomie et compétitivité" qui sera donné dès le mois de janvier sur le campus carolo de l’ULB. "Ce cours est déjà donné dans une centaine de villes dans le monde comme à Paris ou à Londres. Nous avons remis notre candidature et avons été sélectionnés pour importer le modèle à Charleroi. C’est une première en Belgique", se réjouit le coordinateur du certificat, Thomas Dermine, responsable de l’équipe en charge de la mise en œuvre du plan Catch après la fermeture de Caterpillar.

Une boîte à outils pour former les décideurs publics

Mais au-delà de l’arrivée de la prestigieuse Harvard en terres carolorégiennes qui débouchera sur un certificat après 36 heures de cours, il s’agit surtout de tenter de trouver une explication économique à l’existence de ces disparités interrégionales belges. "D’un point de vue économique, ces disparités interrégionales belges sont interpellantes car elles montrent qu’à politiques macroéconomiques identiques, des régions peuvent connaître des trajectoires économiques fondamentalement différentes en fonction de déterminants historiques et microéconomiques", pointe Thomas Dermine.

"L’objectif du cours est de donner un cadre d’analyse pour les politiques publiques de dévelop-pement."
Thomas Dermine
Coordinateur du certificat de Harvard à Charleroi

Développé par le professeur Michaël Porter de la Harvard Business School, que l’on qualifie de sommité mondiale dans son domaine, le certificat va ainsi investiguer les déterminants microéconomiques de la compétitivité à travers différents cas pratiques dans le monde et analyser leurs liens pour, au final, renforcer la compétitivité régionale wallonne et affûter la réflexion des cadres de l’action publique du sud du pays.

Sur les bancs de l’ULB, on trouvera un public particulier. Le certificat s’adresse en effet "aux décideurs de l’action publique (gouvernement, agences publiques, structures publiques de financement) et aux cadres d’entreprises", explique l’ULB.

"L’objectif du cours est de donner un cadre d’analyse pour les politiques publiques de développement et de comparer les approches prises par différentes régions à travers le monde. En conséquence, l’intérêt de la démarche est de donner un cadre réflexif qui permet de réfléchir sur les pratiques locales et de s’enrichir de pratiques internationales", estime Thomas Dermine.

Duo Magnette/Colmant

Pour encadrer les discussions qui porteront sur les cas pratiques élaborés par le professeur Porter, l’ULB a fait appel au duo Paul Magnette (bourgmestre socialiste de Charleroi et professeur à l’ULB) et Bruno Colmant (économiste en chef à la banque Degroof Petercam et professeur à Solvay) qui ont participé, avec l’aide de la Commission européenne, à un effort stratégique pour définir les axes de reconversion économique de Charleroi suite à la fermeture de Caterpillar et stimuler la compétitivité régionale. "Nous avons abordé et discuté ces thèmes ensemble avec Paul Magnette et Bruno Colmant dans le cadre d’une réflexion, au départ du cas de Charleroi, qui a mené à la formalisation du plan Catch suite à la fermeture de Caterpillar", explique Thomas Dermine.

Fin observateur de la vie économique, Bruno Colmant se montre déjà impatient sur ce qui pourrait accoucher des discussions avec les élèves. "La grande différence entre l’enseignement aux Etats-Unis par rapport à chez nous est qu’ils partent de la réalité et visent ensuite l’amélioration. Chez nous, on part des grands principes généraux. J’espère trouver dans les nombreux cas que nous allons explorer une explication au fait que l’Allemagne a mieux réussi que la Wallonie. Sur le fond, il n’y a aucune raison que la Wallonie ne s’en sorte pas mais il faut parfois des chocs comme la fermeture de Caterpillar pour créer un sentiment d’urgence."

Décomposé en 5 modules où les élèves analyseront notamment les cas de la Californie et son cluster viticole ou plongeront dans la stratégie de développement économique de New York mise en place par son ancien maire Michael Bloomberg, le cursus se clôturera pour les décideurs wallons par un travail pratique dans lequel ils seront appelés à analyser le cas d’une région ou d’un secteur spécifique.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect