analyse

Heurts et malheurs du cdH wallon

Dimitri Fourny ©BELGA

Le parti souffle après le retrait de Dimitri Fourny. Mais le mécontentement persiste à Neufchâteau. René Collin est pressenti pour tirer la liste luxembourgeoise du cdH.

Le cdH n’essaye même pas de s’en cacher. La séquence qui s’achève – du moins c’est ce qu’on espère rue des Deux Eglises – fut catastrophique pour son image. Ce week-end, alors que le président Maxime Prévot rentrait enfin de Laponie après le trail le plus médiatique de l’histoire de Belgique, Dimitri Fourny, tout inculpé qu’il était, se présentait à la presse pour annoncer son retrait de la campagne électorale. Le bourgmestre de Neufchâteau, embourbé dans une affaire présumée de fausses procurations électorales, devait tirer la liste régionale du Luxembourg pour le cdH.

"Les élections communales d’octobre dernier à Neufchâteau n’ont toujours pas été validées..."
Maxime Prévot
Président du cdH

Officiellement, ce renoncement doit permettre à ce faiseur de voix et pilier humaniste en Région wallonne de préparer sa défense et de laver son honneur. Officieusement, il s’agit surtout de sortir du cyclone médiatique et ne pas nuire plus avant à la formation humaniste dans son ensemble. S’il quitte son poste de chef de groupe au Parlement wallon – il est remplacé par Marie-Dominique Simonet –, Dimitri Fourny reste député mais ne sera pas candidat. Exit Fourny avant le bureau politique de ce lundi matin donc. Au sein du parti, on se félicite d’avoir ainsi évité une nouvelle exposition inutile. L’orchestration de la sortie de Dimitri Fourny, cette prise de parole brève et grave sur le site de la Vallée du lac, à Neufchâteau, était donc la bienvenue, soufflait-on au cdH ce lundi.

Le parti est-il pour autant définitivement protégé d’un scandale local? Personne n’y mettrait sa main au feu. Présumé innocent, Dimitri Fourny a fort opportunément décidé de ne pas renoncer à son fauteuil de bourgmestre de Neufchâteau, décroché en 2012. Pourquoi, alors que l’affaire des procurations douteuses émises à partir d’un home pour personnes âgées concerne précisément les dernières élections communales? Pour assurer la continuité du service à la population, a dit Dimitry Fourny ce week-end. "Les élections communales d’octobre dernier à Neufchâteau n’ont toujours pas été validées, a rappelé Maxime Prévot sur Bel-RTL ce lundi matin. Et donc monsieur Fourny, aujourd’hui, est toujours bourgmestre faisant fonction, en affaires courantes, et donc on ne démissionne pas en affaires courantes".

"M. Fourny va tenter de se faire réélire avant que la Justice ne statue sur son cas."

Aussi présidentielle soit elle, cette affirmation se discute. Rien n’aurait empêché en effet que Dimitri Fourny fasse également un pas de côté à Neufchâteau, où pour l’heure, son groupe fait bloc autour de lui. Du côté de Valérie De Bue (MR), ministre wallonne en charge des Pouvoirs locaux, on confirme que M. Fourny aurait parfaitement pu se faire remplacer au mayorat. Une motion de défiance votée par le conseil communal pourrait l’y contraindre mais cette option ne semble pas à l’ordre du jour à ce stade.

En coulisse, on dénonce une stratégie du cdH visant à maintenir le bourgmestre en place en faisant en sorte qu’on revote le plus vite possible. Vu le dossier à charge, il n’y a plus grand monde pour douter que les élections d’octobre seront annulées, entend-on. "M. Fourny va tenter de se faire réélire avant que la Justice ne statue sur son cas", glisse-t-on du côté de Neufchâteau. Dans la cité luxembourgeoise, on attend aussi de savoir si d’autres membres du collège ne sont pas par hasard concernés par l’affaire.

Lutgen l’Européen

Bref, au plan local, le couvercle n’est pas encore sur la marmite et d’éventuels rebondissements peuvent encore perturber une campagne électorale déjà compliquée pour le cdH. Ce dernier doit aussi trouver une nouvelle tête de liste pour la province du Luxembourg. Ce lundi, il apparaissait exclu que Benoît Lutgen, ex-président du parti et bourgmestre de Bastogne, s’y colle. Il est trop bien lancé dans sa campagne en tant que tête de liste aux européennes, explique-t-on au cdH. Il profite en plein du débat interne sur le maintien ou non au Parti populaire européen (PPE) de Viktor Orban, président hongrois, et de son parti. Un combat mené par le cdH et le CD&V.

Du coup, la cote de René Collin remonte pour la Région. L’actuel ministre wallon de l’Agriculture était préssenti pour emmener le cdH au Fédéral. Pour rappel, les partis politiques ont jusque vendredi pour déposer leurs listes.

Pour ajouter aux heurts et malheurs humanistes, on signalera que l’atmosphère est en train de se tendre avec son partenaire MR au gouvernement wallon. Depuis que les deux partis ont perdu leur majorité, ils tentent de sauver des textes à faire adopter avant le scrutin. L’assurance-autonomie, une plume que les humanistes voyaient déjà à leur chapeau, fait partie du lot. Et les libéraux s’agacent toujours de ne pas avoir pu faire passer leur réforme de l’aide à l’emploi (APE), notamment en raison de l’excursion lapone du président-député du cdH. Son absence avait empêché un vote la semaine dernière.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n