Image de la Wallonie: la consultation de l'étude difficile

© Belga

Une nouvelle polémique entoure l'étude Mc Kinsey sur l'image de la Wallonie. Après son coût jugé élevé (près de 700.000 euros), l'opposition MR pointe du doigt les conditions de consultation de ladite enquête, qui limitent nettement la diffusion de ses conclusions.

L'étude Mc Kinsey sur l'image et le "branding" de la Wallonie a une fois de plus fait parler d'elle au parlement wallon lundi. L'opposition MR s'est indignée des conditions dans lesquelles les parlementaires pourront la consulter. C'est pour répondre à la protection des droits exigée par le bureau de consultance, a répliqué le ministre-président Rudy Demotte.

Il y a deux semaines, le ministre-président a présenté les résultats d'une étude sur la façon dont la Wallonie devait repositionner son image de marque à l'étranger. L'opération a coûté 477.000 euros au budget régional et 200.000 euros devront encore être payés dans le cadre de la mise en place d'un "conseil de marque".

Des conditions qui interpellent

Vendredi, les parlementaires ont appris que l'étude en question pourrait être consultée au greffe du parlement wallon mais à des conditions très strictes: la consultation se fait en présence d'un fonctionnaire du parlement, les téléphones portables et tablettes électroniques doivent être déposés à l'entrée, aucune copie n'est autorisée et seuls les parlementaires ont accès à leurs documents et non leurs collaborateurs.

"Je voudrais vous dire mon insatisfaction totale. Tout est fait dans ce dossier pour empêcher le parlement de contrôler le gouvernement", s'est exclamé le député Jean-Luc Crucke (MR).

"Dans ce dossier comme dans d'autres, j'ai souhaité toute la transparence", a souligné Rudy Demotte.

Ces conditions strictes de consultation s'expliquent par les exigences de Mc Kinsey en termes de protection de ses droits, a-t-il affirmé.

L'argument a laissé le député pantois. "Est-ce que Mc Kinsey sait qu'il s'agit d'argent public? S'ils le savent, le minimum de respect à avoir à l'égard du citoyen, c'est de dire: j'ouvre", a-t-il fait remarquer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés