Jean-Luc Crucke s'explique sur le dérapage budgétaire wallon

©BELGA

Le budget wallon est en dérapage de 77,8 millions d'euros par rapport à l'objectif prévu par le gouvernement wallon MR-cdH. "Il faut remettre ce chiffre de 77 millions d'euros en perspective", explique le ministre Crucke.

Les chiffres du déficit public annoncé par la Banque nationale "doivent être largement relativisés", a réagi le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke, selon qui "la trajectoire wallonne de retour à l'équilibre n'est nullement remise en cause".

D'après les chiffres publiés jeudi par la BNB et l'Institut des Comptes nationaux (ICN), le déficit wallon (compte tenu des avances en matière de centimes additionnels régionaux) s'élève à 751,9 millions d'euros en 2018, après 264,2 millions en 2017, 147,2 millions en 2016, 449,8 millions en 2015 et 711,2 millions d'euros en 2014.

Une correction technique et non récurrente liée à la loi spéciale de financement pesant à hauteur de 457,1 millions d'euros pour 2018, le déficit définitif régional peut être estimé à 294,8 millions d'euros, soit "un dérapage" de 77,8 millions d'euros par rapport à l'objectif prévu par le gouvernement wallon MR-cdH, avait dénoncé dans la foulée le PS.

"Il faut remettre ce chiffre de 77 millions d'euros en perspective. Ce dérapage par rapport à la trajectoire 2018 représente, sur un budget wallon de 14,335 milliards, une différence de 0,53%. Au vu des raisons du léger écart et du caractère non récurrent des corrections, la trajectoire de retour à l'équilibre n'est pas remise en cause et se trouve même confortée" (cabinet du ministre Crucke)

Selon le cabinet du ministre régional, le déficit découle notamment de baisse des impôts régionaux perçus par le fédéral (-179 millions), de la décision de la FSMA liée aux Fonds de pension de l'Opérateur de transport de Wallonie (-30 millions) ainsi que de la nouvelle comptabilisation SEC des titres-services au niveau du Forem (-30 millions également).

Au rayon des bonnes nouvelles, par contre, la dette Maastricht - la dette publique notifiée - n'a pas augmenté de 1,2 milliard mais de +/- 350 millions, l'objectif de sous-utilisation en matière d'UAP (unités d'administration publique) de 100 millions d'euros a été atteint et même dépassé et les impôts régionaux perçus par la Région ont sensiblement augmenté, "ce qui témoigne d'une nette amélioration de l'administration fiscale wallonne et plaide pour la reprise du service des autres impôts régionaux", se félicite enfin le ministre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect