Jean-Pierre Hupkens élu à la tête du PS liégeois

©BELGA

Proche du bourgmestre Willy Demeyer, Jean-Pierre Hupkens a été élu samedi président de la fédération liégeoise du PS avec un peu plus de 50% des voix.

Une sérieuse surprise a failli se produire samedi à la fédération liégeoise. Le jeune candidat Thibaud Smolders a failli ravir la présidence au principal candidat Jean-Pierre Hupkens, considéré dès le début de l’ouverture de la campagne comme le favori. Les premiers résultats qui tombaient hier soir donnaient un net avantage au jeune échevin d’Awans. Il faut dire que dans les derniers jours, il a bénéficié d’une sérieuse mobilisation sur les réseaux sociaux, principalement sur Facebook et qu’il a reçu en fin de course le soutien appuyé de Jean-Pascal Labille, le patron des mutualités socialistes. Mais la tendance s’est inversé en soirée. L’échevin Jean-Pierre Hupkens qui a été le premier à annoncer sa candidature l’a emporté sur le fil du rasoir avec quelque 50,09% des voix (sur un total de 4.006 votants) contre un peu plus de 45% pour le jeune avocat Smolders. Il a fallu d’ailleurs recompter les voix, puisque le camp de l’échevin d’Awans contestait les résultats des élections. Le comité de vigilance, présidé par l’avocat Eric Lemmens a dû se pencher sur la situation.

"J'accepte totalement le résultat des élections. Je ne m'attendais pas à ce score sur ma candidature. Il y a eu une grande mobilisation.  Il montre une volonté de changement et je suis à la disposition de Jean-Pierre Hupkens pour travailler à un projet collectif dans la perspective des communales de 2018", nous a confié Thibaud Smolders.

Ce dernier n’a pas démérité du tout et il faut dire qu’il a fait douter les ténors du PS liégeois qui pensaient que Jean-Pierre Hupkens allait largement remporter la course présidentielle. " On a eu chaud. Le score est serré, mais la victoire est là ", nous a glissé un proche de l’axe Marcourt-Demeyer-Mathot. Il s’agit du ministre wallon de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, du bourgmestre de Liège et président du PS liégeois Willy Demeyer (il a démissionné le 10 mars suite à l’affaire Publifin) et du bourgmestre de Seraing Alain Mathot. L’ancien président du Parlement wallon, José Happart (70 ans) qui est aujourd’hui en guerre ouverte contre le président national du PS Elio Di Rupo s’est littéralement écrasé avec un score maigre. " Félicitations à Jean-Pierre Hupkens et merci à José (4,5%) d’avoir démontré qu’une page est clairement tournée à Liège comme ailleurs ", a tweeté le ministre-Président wallon Paul Magnette.

Selon nos informations, Jean-Pierre Hupkens devrait garder son mandat d’échevin de la Culture et de l’Urbanisme à Liège. Son élection à la présidence du PS liégeois est un échec pour la ligne de Frédéric Daerden (soutenue par Jean-Pascal Labille) qui était jusqu’à la démission de Willy Demeyer vice-président de la fédération. Mais il va de soi que les instances seront obligées de revoir le fonctionnement du PS liégeois qui pourra plus être piloter par le club des cinq (Jean-Claude Marcourt, Willy Demeyer, André Gilles, Stéphane Moreau, Alain Mathot). Le premier est un peu fragilisé par le scandale Publifin et le troisième vient d’être exclu du PS. Stéphane Moreau a renoncé à son maïorat d’Ans et Alain Mathot joue désormais la discrétion. Même s’il est proche de Willy Demeyer, Jean-Pierre Hupkens, qui affiche un court passage dans les jeunesses communistes, a une forte personnalité. Il ne sera pas aux ordres de l’ex-club des cinq. Reste à voir les relations qu’il entretiendra avec le Boulevard de l’Empereur (en clair avec le président Di Rupo). Arrivera-t-il à défendre les positions de la plus importante fédération du parti qui a un peu perdu progressivement de son influence depuis l’arrivée d’Elio Di Rupo ?

En quittant la présidence de la plus importante fédération du PS, Willy Demeyer a également décidé de renoncer à son mandat de député fédéral à la fin de la commission Kazakhgate pour se concentrer à son mandat de bourgmestre de Liège. Mais l’homme veut surtout réinvestir le terrain dans la perspective des élections communales de 2018.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés