Jean-Pierre Hupkens favori pour prendre la tête du PS liégeois

Jean-Pierre Hupkens ©BELGA

Demeyer se concentre sur son poste de bourgmestre. Trois candidats sont en lice pour le remplacer. Hupkens devrait en sortir victorieux, malgré le soutien de Labille pour Smolders.

Aujourd’hui et demain se tiendront les élections pour la présidence de la fédération du PS liégeois. Willy Demeyer surprenait, le 10 mars dernier, en annonçant sa démission, laissant son poste vacant. La décision était toutefois compréhensible vu la conjoncture toujours secouée en région liégeoise par l’affaire Publifin. Un acte symbolique de sa part après ce scandale. Demeyer tirait donc sa révérence après 12 années passées à la tête de la fédération liégeoise du PS.

Pour Pierre Verjans, politologue à l’ULg, le poste de président de fédération est un enjeu crucial: "Le PS (comme tous les partis politiques) s’organise autour de ces ensembles locaux. Or, les fédérations pèsent très lourd sur les décisions des socialistes. Pour la région liégeoise, nous parlons de la plus grosse fédération socialiste (15.500 militants). Et être président d’une fédération signifie aussi que l’on influence énormément les adhérents, à tous les étages, ce qui est un grand pouvoir. Imaginez au moment de faire les listes électorales… Être le président de la fédération liégeoise du PS est un enjeu important."

Trois candidats

Suite à la démission de Demeyer, il a fallu réagir. Objectif: élire un remplaçant avant la célébration emblématique du 1er mai. Cela sera chose faite, a priori, puisque l’on compte, au final, trois candidats dans les starting-blocks. Par ordre d’âge décroissant, José Happart, 70 ans, Jean-Pierre Hupkens, 62 ans, et le benjamin, Thibaud Smolders, 31 ans. Jean Joris, 60 ans, devait être le quatrième homme, mais il a renoncé, mercredi, afin de soutenir Thibaud Smolders. Engagé dans la section locale de Cheratte, il a expliqué, dans les pages de La Meuse, avoir voulu monter au front afin de diversifier les candidatures, mais avoir finalement estimé que la présence de Smolders dans la liste des choix représentait un signal "positif".

Thibaud Smolders ©AK.LEX

Thibaud Smolders, 31 ans depuis quelques jours, est premier échevin de la commune d’Awans. Il a obtenu, avant-hier, le soutien de Jean-Pascal Labille, ancien ministre fédéral et actuellement à la tête des Mutualités socialistes.

Si la candidature du jeune socialiste suscite déjà l’enthousiasme sur les réseaux sociaux, le coup de pouce non-négligeable du poids lourd Labille va certainement rendre la course intéressante.

Le hérisson et l’héritier

José Happart ©ImageGlobe

Le plus surprenant de tous les candidats, c’est José Happart. Le "hérisson fouronnais" veut visiblement donner un coup de pied dans la fourmilière. "Je ne suis certes pas le candidat du renouveau, mais assurément le candidat du changement", écrit-il dans son programme. José Happart reste soupçonné dans une affaire concernant l’aéroport de Liège, dont il était président du conseil d’administration.

Jean-Pierre Hupkens a très vite marqué son intérêt pour la présidence de la fédération liégeoise du PS. Il est un peu l’héritier de Willy Demeyer pour qui il a d’ailleurs été échevin de la Culture en 2006, réélu en 2012. Certains l’appellent "l’homme de Demeyer". Du côté du collège liégeois, Hupkens peut compter sur le soutien affiché, sur Facebook entre autres, de Julie Fernandez Fernandez, échevine de l’État civil ainsi que de Roland Leonard, échevin des Travaux.

"Hupkens gagnera, mais le soutien de Labille est non-négligeable."
Pierre verjans
politologue à l’ulg

Selon le politologue de l’ULg, Pierre Verjans, ces nouvelles forces en présence brouillent les pronostics: "Alors que j’aurais tablé sur une victoire nette de Jean-Pierre Hupkens avant le soutien de Jean-Pascal Labille, cette victoire me paraît moins brutale à présent. Labille a de nouveau enfoncé le clou sur le ‘club des cinq’ et a soutenu avec vigueur le jeune Smolders, en rappelant l’importance d’avoir des candidats attachés aux valeurs du projet socialiste. Au vu du poids de l’homme, je n’irai pas jusqu’à dire que tout peut arriver, mais ça change la donne."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés