L'airbag pour les futurs entrepreneurs, c'est fini

Eliane Tillieux, la ministre de l'Emploi, a donné instruction au Forem pour qu'il soit très strict sur les demandes d'airbag introduites avant le 31 décembre, et de refuser toutes les demandes à partir du 1er janvier. ©BELGA

L'airbag est une bourse qui aide les indépendants complémentaires wallons, par ailleurs salariés ou fonctionnaires, à s'installer à titre principal. Elle ne sera plus attribuée en 2015.

Le gouvernement wallon a décidé de ne plus accepter aucune demande en 2015 pour des "airbags", "faute de crédits budgétaires disponibles". L'UCM dit regretter "cette décision prise sans réelle évaluation de la mesure".

Qu'est ce que l'airbag? Le dispositif "airbag" existe depuis mai 2012 en Wallonie, pour aider certaines personnes à se lancer comme indépendants. C'est une sorte de garantie de revenu, une bourse de 12.500 € maximum en deux ans. Cet procédé avait été lancé par le ministre André Antoine (CDH) pour inciter les indépendants complémentaires, par ailleurs salariés ou fonctionnaires, à s'installer à titre principal. En cas de forte baisse de leurs revenus, ils pouvaient bénéficier de ce complément. Le système avait été élargi aux personnes qui ont suivi une formation IFAPME, ainsi qu'aux chômeurs accompagnés à l'auto-création d'emploi.

La ministre de l'Emploi, Éliane Tillieux (PS), a donné instruction au Forem, qui gère le système, d'être très strict sur les dossiers introduits avant le 31 décembre, et de refuser toutes les demandes à partir du 1er janvier. Ce n'est pas définitif : "2015 sera une année de transition, consacrée à l'évaluation du dispositif et à son recadrage éventuel."

Réaction de l'UCM. "C'est une économie de bout de chandelle, qui donne un mauvais signal. Il faut rappeler qu'un salarié qui devient indépendant non seulement crée son emploi et éventuellement embauche, mais libère aussi son poste de travail."

 

Le bilan? Mitigé. En 2012, année de lancement, 70 demandes ont été acceptées. On est passé à 242 en 2013 et, pour cette année, 169 dossiers avaient reçu le feu vert au 27 octobre. Un airbag sur cinq était destiné à un indépendant complémentaire passé à titre principal.

Sur base de 200 dossiers par an à 12.500 euros, la formule nécessite un budget de 2,5 millions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés