L'Awex poursuit son évangélisation vers l'international

©Photo News

En ces temps de crise, l'agence wallonne à l'exportation a adapté sa stratégie afin de soutenir les entreprises dans leurs prospections à l'international.

Ne rien lâcher ! Face à la crise qui risque de plomber de 9 milliards d’euros les exportations wallonnes cette année, l’Awex ajuste sa stratégie afin de soutenir au mieux les entreprises dans leurs prospections à l’international. Cela passe notamment par une réorientation de certains budgets de l’agence afin d’adapter les incitants financiers à la situation et une redéfinition des actions. L’objectif restant de " soutenir les plans d’exportation de toute entreprise quelle que soient sa taille et son projet. "

Concrètement, les entreprises pourront bénéficier d’indemnisations pour les frais d’annulation de voyage de prospection, pour l’annulation de foires et/ou salons et d’un assouplissement des conditions de paiement de subvention.

Voltigeur de salon

A côté de l’adaptation du régime des incitants, les services de l’Awex jouent les voltigeurs depuis le début de la crise pour aider les entreprises dans la prospection de contacts commerciaux à l’étranger malgré l’arrêt des missions et des salons.

"Avec la crise, nous avons adapté notre manière de fonctionner avec des connexions commerciales plus virtuelles. La prospection se fait à distance."
Pascale Delcomminette
Administratrice générale de l'Awex

" Avec la crise, nous avons adapté notre manière de fonctionner avec des connexions commerciales plus virtuelles; La prospection se fait à distance", explique Pascale Delcomminette, l’administratrice générale de l’Awex. " On va maintenant capitaliser sur le digital pour couvrir plus de terrain. Des mini-conférences entre nos entreprises wallonnes et des acteurs d’un autre pays ont été organisées de manière virtuelle ces dernières semaines. Ce sont des choses qui vont rester. On va par exemple pouvoir présenter des secteurs  forts, simultanément, à des partenaires indiens et chinois. Toutes ces nouvelles méthodes de travail permettent des déclinaisons supplémentaires même si ces contacts virtuels ne remplaceront jamais les contacts humains. "

Gérer les contacts commerciaux

En première ligne à l’étranger, les attachés commerciaux de l’Awex ont également vu leur rôle se renforcer pendant la crise afin de faciliter les contacts commerciaux des entreprises. " Si une entreprise wallonne ne peut se déplacer par exemple sur un stand en Chine, un attaché sera là pour repérer les clients potentiels, planifier des B2B à distance. Il pré-mâchera plus qu’avant le travail pour l’entreprise. Il n’est pas question de donner un rôle de délégué commercial à nos attachés mais ils vont s’impliquer davantage dans les projets commerciaux des entreprises. Pour cela, ils doivent mieux connaître l’ADN de l’entreprise. Au Danemark, c’est par exemple notre attaché qui s’est déplacé chez le client sur place pour apporter des données confidentielles que devait transmettre une entreprise wallonne qui ne pouvait se déplacer. Cela doit rester exceptionnel mais cela permet de sauver pas mal de contrats. "

Il n’est pas question de donner un rôle de délégué commercial à nos attachés mais ils vont plus s’impliquer dans les projets commerciaux des entreprises.
Pascale Delcomminette

Les attachés économiques et commerciaux seront aussi appelés à jouer un rôle dans la sécurisation de la chaîne d’approvisionnement. "La crise a montré qu’il fallait encourager nos entreprises à diversifier leur sous-traitants. Les attachés  auront un rôle accru pour identifier de nouvelles sources d’approvisionnements." 

Garder le cap

Avec cette stratégie de rebond post-covid, l’Awex entend donc poursuivre sa mission: " Notre rôle, c’est d’évangéliser les entreprises à aller voir ailleurs. On doit poursuivre cette mission pendant la crise." Sur base des chiffres issus du rapport d’activité 2019, Pascale Delcomminette estime que cette mission est remplie. " L’année dernière, 338 entreprises ont exporté pour la première fois", alors que le contrat de gestion fixe un objectif de 150 entreprises. " Et 310 entreprises ont fait appel pour la première fois à nos services ", ce qui est plus que les 200 fixés dans les indicateurs de résultats.

"Notre rôle, c’est d’évangéliser les entreprises à aller voir ailleurs. On doit poursuivre cette mission pendant la crise."
Pascale Delcomminette

" Cette performance ", pointe l’Awex, a été réalisée à travers " 158 opérations de prospection et de promotion commerciales. Elles ont couvert pas moins de 35 secteurs d’activités et 79 marchés prospectés. Et plus de 67 % des actions commerciales inscrites au programme 2019 ont été réalisées dans des régions situées à l’extérieur de la zone euro. C’est plus important que la moyenne de nos pays voisins."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés