Publicité

L'UCL crée un bachelier interfacultaire

©BELGAIMAGE

L’UCL lancera en septembre un cursus interfacultaire, à la croisée de l’économie, de la politique et de la philosophie sur le modèle des grandes universités britanniques.

À partir cette rentrée académique, les futurs étudiants de l’UCL pourront choisir un nouveau bachelier interfacultaire. Les trois années comprendront des cours à la croisée de la philosophie, de l’économie et de la politique. L’objectif voulu est de faire parler les disciplines entre elles. "Cette approche permet de penser la société dans son ensemble. Nous voulons favoriser un regard transversal pour aborder les grands défis de demain", explique Sébastien Van Bellegem, doyen de la faculté des sciences économiques et sociales de Louvain-la-Neuve.

Réflexion englobante

"Nous voulons favoriser un regard transversal pour aborder les grands défis de demain."
sébastien van bellegem
doyen de l’ucl

Pourquoi créer un nouveau parcours, alors que chacune des disciplines intègre déjà l’offre universitaire? "Cela répond à un besoin de certains élèves au sortir de la rhéto, indique le doyen. À 17 ou 18 ans, il est parfois difficile de prendre une décision aussi importante qu’un choix d’études. Choix qui va influencer toute la vie de l’étudiant. Avec ce bachelier, les étudiants peuvent approcher trois disciplines et ensuite poser le choix au moment de la spécialisation pour le master."

L’étudiant qui aura fini son bachelier aura accès aux masters des trois disciplines. Au-delà des savoirs, le doyen insiste sur la nécessité de développer une réflexion englobante sur les grands enjeux de la société.

©BELGAIMAGE

Pour établir la grille horaire, l’UCL a créé six nouveaux cours bi-disciplinaires, donnés par des professeurs issus de deux des trois disciplines. Le nouveau programme intégrera des cours en anglais ainsi qu’une troisième langue. Un séjour à l’étranger figure également au programme de la troisième année.

La formation s’inspire notamment du modèle britannique. Le cursus PPE (philosophy – politics and economics) des grandes universités comme Oxford ou Cambridge forme depuis des décennies les femmes et les hommes politiques du pays. Une ambition assumée par l’UCL qui entend former les acteurs de la scène publique de demain.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés