L'UCM renouvelle sa confiance à Philippe Godfroid

©BELGA

Le conseil d'administration de l'Union des Classes Moyennes s'est réunit ce lundi pour discuter de la position de son président, impliqué dans un dossier judiciaire concernant le groupe Creyf's Interim. Les fait remontent à 2001. L'UCM n'y voit aucun motif de mettre en cause le mandat de quatre ans accordé au président en juin 2012.

L'Union des Classes Moyennes indique par voie de communiqué avoir réuni ce lundi son conseil d'administration, pour trancher le cas de son président Philippe Godfroid.

"Cette réunion s'est déroulée à son initiative avec pour but de lever toute ambiguïté suite à des informations de presse publiées ces derniers jours", écrit l'UCM qui a choisi de renouveler sa confiance à son dirigeant.

Philippe Godfroid avait été condamné, en novembre 2011, par le tribunal de première instance de Bruxelles avec d'autres anciens dirigeants de la société Creyf's Interim.

Affaire réglée

Le jugement remonte au mois de novembre 2011 mais il était passé inaperçu à l'époque. Les griefs portent sur des détournements de ristournes sur les polices d'accidents de travail de la société d'intérim entre 1986 et 1991 et l'enrichissement personnel de plusieurs de ses cadres.

"Philippe Godfroid a produit un casier judiciaire vierge et a apporté la preuve qu'en ce qui le concerne, l'affaire s'est clôturée au civil par une transaction. Il n'y a donc plus aucune procédure en cours en ce qui le concerne et ce, préalablement au dépôt de sa candidature à la présidence de l'UCM", se justifie L'Union des Classes Moyennes.

Son conseil d'administration dit avoir "pris acte des faits". Il estime qu'il n'y a donc "aucun motif de mettre en cause le mandat de quatre ans accordé au président en juin 2012"

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés