Publicité

La Cwape ne s'opposera pas au report de quatre mois du tarif prosumer

Le report de cinq ans du tarif prosumer avait été rejeté par la Cwape et le Conseil d'Etat.

Malgré un désaccord de fond et des justifications jugées peu fondées, le régulateur wallon de l'énergie, la Cwape, annonce qu'il ne s'opposera pas à la proposition du ministre wallon de l'Énergie Philippe Henry de prolonger le gel du tarif prosumer de quatre mois en raison de la crise sanitaire.

Sur fond de crise, le ministre wallon de l'Énergie, Philippe Henry (Ecolo), a remis le dossier du photovoltaïque sur la table, poussé dans le dos par les libéraux. En effet, l'approche du 1er mai, date à laquelle le fameux tarif prosumer, par lequel les propriétaires de panneaux photovoltaïques sont invités à participer aux frais de réseau, était censé entrer en application, a forcé le jeune gouvernement à rouvrir le dossier, face à un régulateur lassé de reporter son entrée en application. Dès lors, un report de quatre mois a été proposé, ainsi que des compensations à l'endroit des propriétaires de panneaux photovoltaïques wallons contraints à s'acquitter de cette taxe additionnelle.

"Un report n'est pas entièrement justifié mais si le gouvernement y tient vraiment, nous ne nous y opposerons pas."
Antoine Thoreau
Directeur tarifaire à la Cwape

En attendant que le gouvernement décide d'adopter cette option, ou pas, la Cwape, le régulateur wallon des marchés de l'énergie, a fait savoir qu'elle ne s'opposerait pas à ce nouveau report, même si ce n'est pas de gaieté de cœur. "Nous entendons les arguments avancés par le gouvernement pour justifier le report (l'impossibilité d'installer des compteurs double-flux chez les prosumers en temps de coronavirus, NDLR), mais nous les jugeons marginaux au regard de la situation. Un report n'est pas entièrement justifié, mais si le gouvernement tient vraiment à ce report, nous ne nous y opposerons pas", a déclaré Antoine Thoreau, directeur tarifaire de la Cwape.

Compensations

D'abord promis par le gouvernement wallon lors de sa formation, le report de cinq ans du tarif prosumer avait été rejeté, rappelons-le, par la Cwape et le Conseil d'État plus tôt cette année. Face à l'impasse, le ministre Henry suggère désormais l'adoption de deux compensations au secours des prosumers déçus.

D'abord, l'installation des compteurs double-flux – c'est-à-dire capables de mesurer précisément l'électricité prélevée et injectée au réseau – serait prise en charge par la région. Ensuite, une prime additionnelle de 400 euros s'ajouterait aux prosumers qui décideraient d'installer des systèmes de domotique et de pilotage afin de contrôler leur consommation, révèle Le Soir. L'objectif de ces deux solutions? Favoriser l'autoconsommation.

60
millions €
Le tarif prosumer est censé générer 60 millions d'euros de recettes, censées réduire les frais de réseau des non-prosumers.

D'après Le Soir, le coût combiné des deux mesures reviendrait à 58,5 millions d'euros. Le tarif prosumer, lui, est censé faire économiser 60 millions d'euros aux consommateurs ne disposant pas de panneaux photovoltaïques. Enfin, il est prévu que l'électricité produite par les prosumers et qui n'est pas consommée par ceux-ci pourra être revendue aux gestionnaires des réseaux de distribution (GRD).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés