La réforme des allocations familiales repoussée d'un an en Wallonie

©AltoPress / Maxppp

Initialement, l'entrée en vigueur de la réforme des allocations familiales était espérée pour le 1er janvier 2019. Le gouvernement wallon a décidé de reporter les changements à l'année suivante, le temps de préparer au mieux le nouveau dispositif qui, pour rappel, entend répondre à l'évolution actuelle des schémas familiaux.

Il y a deux mois, la commission d'Action sociale du Parlement wallon avait approuvé à l'unanimité la réforme qui prévoit que la famille recevra une allocation de base de 155 euros jusqu'aux 18 ans de l'enfant, puis de 165 euros de ses 18 à 24 ans. La Wallonie devenait ainsi la première région du pays à valider son nouveau modèle pour les allocations familiales.

On pensait alors tout était prêt pour que la nouvelle mouture du système puisse être effective le 1er janvier prochain dans le sud du pays. La Région devait encore donner son préavis au Fédéral 9 mois avant la date du 1er janvier 2019, soit le 31 mars prochain.

Mais, il nous revient ce jeudi que la réforme aura du retard. Initialement portée par l'ex-ministre cdH Maxime Prévot sous le précédent gouvernement (PS-cdH) et ensuite repris par la nouvelle majorité (MR-cdH), elle pèse environ 15% du budget wallon, soit près de 2,25 milliards d'euros. L'exécutif wallon a besoin d'un peu plus de temps pour s'assurer que le nouveau dispositif est techniquement opérationnel. "Il est apparu que toutes les garanties de réussite ne pouvaient être apportées en ce qui concerne les applications informatiques en support du nouveau modèle", a justifié jeudi la ministre de l'Action sociale, Alda Greoli (cdH).

A noter que les changements prévus ne concerneront que les enfants nés après l'entrée en vigueur de la réforme, pour les enfants nés avant, le modèle actuel subsistera. Il s'éteindra donc de façon progressive jusqu'en 2044.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect