La Région wallonne réduit sa voilure immobilière

La Région veut concentrer ses services administratifs pour dégager un marge financière. ©BELGA

Afin de rationaliser son parc immobilier, la Région wallonne a décidé de regrouper une série de services administratifs. Les bâtiments jugés inutiles seront vendus.

Place aux grandes manœuvres dans l’immobilier public wallon. Assis sur un parc immobilier réparti autour de dizaines d’implantations sur le territoire, la Région wallonne vient de décider de remettre un peu d’ordre dans son portefeuille.

Ce plan de rationalisation, concocté par le ministre du Budget Jean-Luc Crucke (MR), se fera notamment par le regroupements de certains services. Cette décision, explique le ministre, répond à différents enjeux. «Pour la période 2020-2024, le parc immobilier sera optimalisé, mis en adéquation avec les nouveaux enjeux (performance énergétique, situation centrale et proche des gares, modularité, bien-être des travailleurs…).»

Espace démesuré

Mais cette rationalisation s’explique aussi par les espaces démesurés occupés par les fonctionnaires wallons. «Le service public de Wallonie occupe actuellement 36,5 m² brut par agent pour l’ensemble du parc, ce qui correspond à près de deux fois la superficie moyenne occupée par un agent des services publics dans les autres Régions du pays», explique le cabinet Crucke.

36,5 m²
C'est la superficie moyenne occupée par un agent du service public wallon. C'est près du double de la superficie moyenne allouée dans les autres Régions du pays.

Bref, à côté d’une nécessaire amélioration de la gestion du parc, la Région ne cache pas que tous ces mouvements vont permettre de dégager des marges financières.  

Prenons le cas de la ville de Namur, où la Région dispose de 40 bâtiments. En 2024, il n’en restera plus que 12, répartis sur 8 sites. Cette cure aura aussi un impact sur la superficie des espaces de bureaux utilisés par les fonctionnaires. Si les ventes à Namur rapporteront un peu plus de 75 millions d’euros, cette restructuration va aussi permettre de réduire les coûts locatifs de 2 millions dès 2024.

Du côté de Wavre, où les services administratifs de la Région sont répartis sur cinq implantations, la réorganisation des services devrait permettre de regrouper le personnel dans un seul lieu dès début 2021. Une mesure similaire a été prise à Liège avec un regroupement des services en un bâtiment. «Les six implantations seront libérées pour une prise en location effective en 2022.»

Pression sur les loyers

Dans l’ensemble, le cabinet du ministre Crucke estime que ces mouvements devraient porter leurs effets sur le coût des loyers «à partir de 2025, avec une baisse  de plus de 2,5 millions entre 2020 et 2026». De 17,4 millions en 2020, ces loyers baisseront jusqu'à 14,9 millions en 2026. Enfin, au-delà des gains liés à la vente de certains sites (17 millions en 2022), tous ces déménagements vont permettre à l’administration wallonne de réduire les charges de consommation en se tournant vers des lieux moins énergivores.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés