La Sogepa va (aussi) soutenir les TPE

La Sogepa, bras financier de la Région wallonne, élargit son champ d’action aux petites entreprises. ©BELGA

Habituée à intervenir financièrement dans les grands paquebots industriels comme le sidérurgiste NLMK, la Sogepa pourra également soutenir dès demain les petites entreprises de moins de dix employés.

Longtemps vue comme un outil public au service des grands paquebots industriels en redressement sur le sol wallon comme des ArcelorMittal, NLMK ou encore Durobor, ou plus récemment en injectant des fonds dans la compagnie aérienne Air Belgium ou la chaîne commerciale Trafic, la Sogepa, bras financier de la Région wallonne spécialisé dans l’aide aux entreprises en difficultés, élargit son champ d’action aux petites entreprises.

TPE friendly

À regarder de plus près le paysage économique de la Wallonie, parsemé ici et là de TPE, ce nouveau programme – baptisé Re-Action – est tout sauf incohérent. Et la crise du Covid-19 qui bouscule aujourd’hui de nombreux entrepreneurs justifie doublement ce projet en gestation depuis plusieurs mois à la Sogepa. "Il s’agit de combler un vide qui existait: ce sont les plus petites entreprises qui connaissent en général le plus de difficultés, mais rien n’existait pour les soutenir, notamment financièrement. La Wallonie veut être mobilisée pour ceux qui osent, qui créent de la valeur, de l’activité et de l’emploi!", justifie le ministre de l’Économie Willy Borsus (MR). 

"Il s’agit de combler un vide qui existait: ce sont les plus petites entreprises qui connaissent en général le plus de difficultés mais rien n’existait pour les soutenir, notamment financièrement."
Willy Borsus
Ministre de l'Economie (MR)

Le point validé ce jeudi par le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo octroie ainsi à la Sogepa la mission de coordination de ce nouveau dispositif en étroite collaboration avec les Chambres de commerce du Luxembourg belge et du Brabant Wallon qui couvriront l’ensemble du territoire de la Wallonie. "Avec Ré-Action, la Sogepa complète sa chaîne de valeurs du soutien au retournement et à l’anticipation des entreprises de toute taille", précise le ministre de l’Économie. En clair, outre du coaching et de l’accompagnement managérial, la Sogepa ouvre son aide financière aux petites entreprises employant moins de 10 personnes.

407 dossiers à traiter 

Sur le terrain, les demandes d’intervention des TPE n’ont pas attendu ce passage en gouvernement pour s’accumuler sur la table de la Sogepa. Sur les 535 demandes d’interventions enregistrées par la Sogepa depuis le début de la crise du Covid-19, 407 concernent en particulier des petites sociétés de moins de 10 employés. La Sogepa pourra dorénavant y répondre, après analyse, en apportant également un accompagnement financier. 

407
dossiers sur la table
Sollicitée par de nombreuses entreprises depuis le début de la crise du Covid, la Sogepa a reçu 407 demandes de TPE de moins de dix employés.

Concrètement, pour une TPE qui répond aux conditions comme le fait de représenter un ancrage local fort en termes d’activités et d’emplois (directs et indirects), le programme Ré-Action propose d’intervenir à plusieurs moments ou niveaux:

- la phase d’accompagnement débute lorsqu’une entreprise montre des signes avant-coureurs de faiblesse ou qu’elle traverse effectivement une période de difficultés. L’activité est ainsi placée sous monitoring afin d’identifier les symptômes et causes des difficultés.

Outre divers programmes de coaching, ou un audit de l’activité, la Sogepa peut éventuellement mettre en place d’une collaboration étroite avec l’INASTI "pour que, dès le premier retard de paiement, une proposition de mise en contact soit faite à l’entrepreneur. Cette information est envoyée à titre tout à fait préventif." 

- La phase d’intervention financière est, elle, disponible sous trois formes: une intervention anticipative lorsqu’une entreprise est en passe de se retrouver en situation de retournement, une intervention selon les conditions " Fast-Track " (1 euro public pour 1 euro privé) plafonnée à maximum 100.000 euros sous forme de prêt ou de participation au capital de la Sogepa, ou enfin une intervention de maximum 25.000 euros pour les très petites entreprises déjà en retournement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés