La Sowalfin mise sur 17 champions pour booster l'emploi wallon

©Shutterstock

L’outil public d’aide aux PME vient de lancer un accélérateur de croissance. Le projet pilote concerne 17 entreprises à fort potentiel. En 2019, la Sowalfin a injecté 493 millions dans les entreprises wallonnes.

En plein déménagement, au sens propre comme au figuré avec la modernisation de l’imposant immeuble qu’il partage avec la SRIW et bientôt la Sogepa à Liège, et l’intégration des métiers de la sensibilisation et de l’accompagnement à l’entrepreneuriat, la Sowalfin version 2.0 prend place. "C’est une Sowalfin nouvelle mouture", insiste d’ailleurs Jean-Pierre Di Bartolomeo, président du comité de direction de l’outil public wallon spécialisé dans l’aide aux PME. "Derrière la sensibilisation à l’accompagnement et les soutiens financiers des entrepreneurs, notre objectif est de générer de la richesse économique, sociale et durable pour l’économie wallonne et les citoyens. Tous les produits des entreprises doivent être générateurs de richesse et avoir un impact marges et volumes."

Quelques chiffres attestent de l’intensité de l’activité. En 2019, la Sowalfin a comptabilisé 3.000 interventions et mobilisé 493 millions d’euros de fonds publics wallons et européens (Feder,…) auprès des PME. "Cela représente une hausse de 19% au niveau des montants mais si on intègre les crédits bancaires liés à notre intervention, on parle d’un milliard d’investissements auprès des PME. Cela a permis de soutenir 15.000 emplois et l’annonce de 5.000 nouveaux emplois."

Les 17 champions de demain

À côté du travail de spécialisation qu’a entamé la Sowalfin voici quelques mois et qui la mènera vers une refonte de son travail, une spécialisation des acteurs du conseil et la montée en puissance de vrais conseillers spécialistes pour les PME, la Sowalfin a lancé voici quelques mois un accélérateur de croissance un peu particulier.

17
La Wallonie a sélectionné 17 entreprises. Pendant 18 mois, leurs patrons vont participer à un programme destiné à accélérer la croissance de leur société.

Ce projet pilote réunit 17 entreprises sélectionnées dans les bases de données des invests wallons et de la SRIW en fonction d’une série de critères comme le chiffre d’affaires, l’emploi, la rentabilité ou la solidité financière. On parle ici de PME de taille moyenne avec des entreprises qui emploient entre 30 et 150 personnes et représentent au total une valorisation de 24 millions, un ebitda de 12,9 millions et possèdent 17 millions de fonds propres. "Ce sont des entreprises qui ont un potentiel de croissance avec des patrons prêts à être challengés. Pendant 18 mois, les 17 patrons vont suivre différents modules chaque mois sur base d’une thématique différente. La première thématique a abordé l’organisation de la gouvernance. C’est notamment la question de savoir comment organiser cette gouvernance face à la croissance. La thématique actuelle aborde la gestion des ressources humaines et nous aborderons aussi, lors du prochain atelier, la gestion des relations financières avec les banques."

Derrière ce coaching sur mesure, la Sowalfin espère faire de ces 17 entreprises les nouveaux champions wallons. "On veut par exemple rassurer les patrons par rapport à des craintes liées à la croissance de leur entreprise. Nous leur proposerons également une liste d’experts du privé. Ces personnes vont accompagner les patrons sur un point en particulier comme par exemple la question de l’exportation et les moyens d’y arriver", détaille Jean-Pierre Di Bartolomeo, qui garde pour l’instant secrète la liste des entreprises sélectionnées.

Derrière cette expérience inédite, la Wallonie voit un levier qui doit diminuer le fameux gap qui sépare les entreprises wallonnes et flamandes en matière d’emploi. "Si les résultats suivent, c’est une bonne manière de combler le gap entre 9 emplois en moyenne dans une PME wallonne et 11 dans une PME flamande. On pourrait même aller au-delà!"

Objectif, 100.000 jeunes par an

À côté du coaching "à la carte", la Sowalfin mise énormément sur son programme "générations entreprenantes" qui sensibilise les jeunes à l’entrepreneuriat. "En 2019, 30.000 jeunes ont été sensibilisés dans les écoles. L’objectif est d’arriver à toucher 100.000 jeunes par an d’ici la fin de la législature." Pour y arriver, dès les maternelles, les enfants sont par exemple initiés à une série de compétences comme l’esprit d’initiative, le sens des responsabilités, l’esprit d’équipe ou la confiance en soi. Les outils utilisés vont du conte pour les plus petits, la gestion de projet, la visite de l’entrepreneur jusqu’à la création de sa véritable entreprise pour les étudiants du supérieur. "Plus on touche de jeunes, plus on augmente les vocations entrepreneuriales. En donnant toutes ces informations sur l’entrepreneuriat, on veut identifier chez les jeunes les entrepreneurs qui s’ignorent."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés