La vente de VOO suscite l’intérêt de nombreux acteurs

Nethys devrait signer une offre liante avec le futur repreneur de VOO aux environs du 4 octobre, pour espérer boucler la vente à la fin octobre. ©BELGA

La vente de VOO débute lundi. Elle devrait attirer une dizaine de candidats, comme Orange Belgium et Telenet, mais aussi des fonds.

Après la suspension de la vente de VOO par la justice, il y a un an, les grandes manœuvres peuvent (re)commencer autour de l’opérateur télécom. Pour son propriétaire Nethys, l’objectif est d’arriver à finaliser la vente fin octobre.

À la manœuvre, les responsables de Nethys vont dès ce lundi lancer un "info memo" à destination du marché. Derrière ce terme technique, il s’agit de transmettre aux candidats potentiels, à ceux qui éventuellement ont déjà montré un intérêt, ainsi qu’aux banques d’affaires une série d’informations sur la santé financière de VOO et ses objectifs de croissance.

Les candidats intéressés auront jusqu’au 30 juin pour soumettre une offre non-liante au conseil d’administration de Nethys.

Ce document d’une centaine de pages intègrera également un business plan d’investissement ainsi qu’un business plan opérationnel.

Le calendrier des opérations

Les candidats intéressés auront, dans la foulée, jusqu’au 30 juin pour soumettre une offre non liante au conseil d’administration de Nethys.

Une shortlist de quelques candidats invités à participer au deuxième tour devrait être arrêtée pour le 21 juillet. Ces négociations plus poussées, avec accès à la data room, devraient amener Nethys à signer une offre liante avec le futur repreneur aux environs du 4 octobre, pour espérer boucler la vente à la fin octobre.

1,4 milliard
d'euros
La valorisation de 100% des parts de VOO est estimée à 1,4 milliard d'euros.

Deux formules de rachat

Voilà pour l’agenda. Deux formules seront proposées aux candidats acquéreurs, chacun étant libre de remettre un prix pour l’une, l’autre ou les deux: soit acheter 50% plus une part, pour détenir la majorité des actions; soit acheter 75% moins une part, pour que le groupe liégeois puisse conserver une minorité de blocage.

En se basant sur les résultats 2020 de l’opérateur, Nethys espère enregistrer une vente qui valoriserait les 100% de VOO à 1,4 milliard, soit 200 millions de plus que la valorisation dégagée lors de l’opération avortée de vente au fonds américain Providence.

La nouvelle opération a permis à Nethys de clarifier la situation avec Brutélé qui détenait une participation dans VOO.

La direction de Nethys justifie cette différence par une progression de l’ebitda 2020 par rapport à celui de 2018 utilisé pour valoriser VOO lors de la première vente. La vente pourrait donc rapporter entre 500 millions et 1,05 milliard d'euros aux actionnaires publics, selon que Nethys décide de vendre 50% ou 75% des parts.

Outre cette importante différence en termes de valorisation, la nouvelle opération a permis à Nethys de clarifier la situation avec Brutélé qui détenait une participation dans VOO. Cet accord, conclu en avril, permet aujourd’hui au groupe liégeois de détenir 100% des parts VOO.

Une dizaine de candidats

Si aucun candidat ne s’est encore officiellement lancé dans la course, une série de noms circulent, soit parce qu’ils avaient participé à la première vente, soit parce qu’ils ont récemment examiné le dossier. Dans les couloirs de Nethys, on estime ainsi que la vente de VOO devrait attirer "une dizaine de candidats".

Après son deal annulé par la justice (...), l’américain Providence va vraisemblablement tenter une nouvelle fois sa chance.

Du côté des industriels, on retrouvera, sans surprise, les deux opérateurs Telenet et Orange Belgium. Le nom de Proximus a circulé à un moment, mais ce cas de figure semble impossible pour des raisons évidentes de concurrence. Cela dit, il n’est pas exclu de retrouver Proximus dans un deuxième temps, via un accord avec le futur propriétaire de VOO dans le cadre d’une modernisation du réseau.

Une série de fonds d’investissements vont également se jeter dans la course. Après son deal annulé par la justice suite à un recours en référé introduit par Orange Belgium, l’américain Providence va vraisemblablement tenter une nouvelle fois sa chance, apprend-on. Les fonds CVC et KKR devraient également rentrer une nouvelle offre après leur échec lors de la première opération de vente.

De nouveaux venus sont aussi attendus. Outre le fonds américain BlackRock, Warburg Pincus est également cité.

Le couac du réviseur PwC

Si les astres semblent s’aligner pour Nethys et sa maison mère Enodia, il reste à régler un dernier problème: la démission de leur réviseur PwC. Or, si les comptes 2020 ne sont pas arrêtés l’ebitda ne peut pas être déterminé de façon fixe.

La direction de Nethys assure mettre tout en œuvre pour que les comptes de VOO puissent être approuvés dans les temps sans être un risque pour la procédure de vente. De son côté, le désormais ex-réviseur PwC a indiqué qu’il collaborerait avec son successeur.

Le résumé

  • Une dizaine de candidats devraient participer à l'opération de vente de VOO.
  • Outre les acteurs industriels Orange Belgium et Telenet, des fonds d'investissements comme Providence, KKR ou Blackrock sont également intéressés.
  • Selon la part qui sera vendue par Nethys, la vente pourrait rapporter entre 500 millions et 1,05 milliard d'euros aux actionnaires publics.
  • Nethys espère boucler l'opération fin octobre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés