La Wallonie appelle les entreprises à révolutionner leur mobilité

Pont suspendu de la liaison des autoroutes E25-E40 à Liège. ©Belpress.com

Le gouvernement wallon lance un appel à projets afin de soutenir financièrement les initiatives des entreprises destinées à améliorer la mobilité sur les routes.

L’enfer sur les routes! Si Bruxelles et ses navetteurs connaissent ce calvaire, la Wallonie ne doit pas pour autant claironner. La congestion la guette. Il suffit de se plonger dans une récente étude menée par le Bureau du Plan pour s’en rendre compte.

D’après les prévisions du Plan, à politique inchangée en matière de mobilité en Wallonie, d’ici 2030, il faut s’attendre à une augmentation des voyageurs par kilomètre de 20% et du nombre de tonnes transportées par kilomètre de 68%. L'étude évoque aussi une diminution des vitesses de circulation de 29% en heure de pointe. Bref, un cocktail détonant qui pourrait paralyser le sud du pays.

Mobilité 2030

Averti du scénario, le gouvernement wallon MR-cdH a posé en novembre dernier les jalons d’un plan mobilité 2030 afin d’éviter l’engorgement. Ce plan s’accompagne d’objectifs.

Le code prévoit notamment que la part des déplacements en voiture passe de 83% à 60% d'ici à 2030. La Wallonie espère y arriver en développant le covoiturage avec l'ambition d'amener la charge de transport par covoiturage à 1,8 (soit 4 déplacements sur 5 s'effectuent avec 2 passagers) contre 1,4 aujourd'hui.

La part du bus doit aussi évoluer pour passer de 4% à 10%. La législation concernant les taxis sera aussi revue pour permettre leur utilisation à plus large échelle. Des Ravel seront aussi transformés en autoroutes de l’emploi en les reliant aux gares et aux nouveaux quartiers.

Les entreprises concernées

Pour atteindre ces objectifs, le plan prévoit aussi le lancement d’appels à projets destinés à promouvoir l’usage du vélo, du train et du bus auprès du plus grand nombre de personnes. "La mise en œuvre de cette nouvelle vision ne peut être réalisée qu’avec la participation active de tous les acteurs institutionnels, associatifs et privés, dans une démarche collaborative", insiste Carlo Di Antonio (cdH), le ministre de la Mobilité.

Un projet vient d’être lancé à destination des entreprises localisées dans les parcs d’activités économiques de Wallonie. Il s’adresse à tout acteur ayant un rôle de gestion ou d’animation dans ce type d’environnement (groupe d’employeurs formalisé en association ou non, intercommunale, parc manager, agence locale de développement, commune, comité subrégional, une entreprise motrice,…).

Encourager les bonnes pratiques

1 million €
Une enveloppe d’un million d’euros est destinée à soutenir jusqu’à 70% des coûts des projets rentrés par les entreprises en matière de mobilité.

Concrètement, chaque entreprise est invitée, d’ici au 21 mai, à déposer un projet de mobilité comme la mise à disposition d’une navette d’entreprise, l’adaptation de l’horaire d’une ligne de bus, la mise à disposition de véhicules à usage collectif, le placement de boxes sécurisés pour vélo à assistance électrique (VAE), l’acquisition de VAE ou encore l’organisation d’une campagne de tests auprès du personnel. "Dans un premier temps, une simple manifestation d’intérêt permet de participer. Ensuite, un accompagnement individualisé sera assuré. A la clé, un soutien financier jusqu’à 70% des coûts pourra être accordé aux projets sélectionnés", explique le cabinet du ministre Di Antonio.

Au total, un million d’euros a été réservé par le ministre pour soutenir différentes initiatives.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés