La Wallonie chasse les plastiques: voici son plan

©BELGAIMAGE

Le ministre wallon de l'Environnement Carlo Di Antonio espère interdire gobelets, assiettes et couverts en plastique à usage unique début 2019. Avec son collègue de l'Economie Pierre-Yves Jeholet, il veut également installer une filière pour recycler 200.000 tonnes de plastiques en Wallonie. Un appel a projet va être lancé.

La traque du plastique est lancée en Wallonie. Le plan de bataille peut se résumer en deux actes:

→ Fini les gobelets en 2019

Lançons-nous d’abord dans l’aspect le plus répressif: l’interdiction. Sans attendre la position officielle de la Commission européenne qui s’est prononcée en début de semaine pour l’interdiction de la vente de produits plastiques à usage unique comme les pailles et assiettes, le gouvernement wallon MR-cdH a pris les devants afin d’interdire rapidement l’usage unique de plastiques.

Concrètement, à travers son décret-programme récemment approuvé en deuxième lecture, la Wallonie veut "interdire l’usage d’ustensiles jetables en matière plastique comme que gobelets, tasses, assiettes ou couverts dans les événements culturels, sportifs, récréatifs ou autres auquel du public peut avoir accès gratuitement ou contre paiement, ainsi que dans tout autre établissement ouvert au public comme les cafétérias, snacks..." Et c’est pour bientôt. Le ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio (cdH) espère en effet une entrée en vigueur début 2019. "Le décret programme doit en principe être voté par le parlement wallon à la rentrée. L’interdiction des gobelets en plastique en Wallonie interviendra début 2019", explique le ministre. Le gouvernement se donne en outre la possibilité "d’étendre l’interdiction à d’autres matériaux en cas de report des comportements sur d’autres ustensiles jetables non durables", précise le décret.

L’interdiction des gobelets en plastique en Wallonie interviendra début 2019.
Carlo Di Antonio
Ministre de l'Environnement en Région wallonne

D’ici là, Carlo Di Antonio va faire pression auprès de la grande distribution en signant une pétition de l’organisation Test-Achats qui demande aux supermarchés d’arrêter la vente des cotons-tiges en plastique.

→ Une filière pour recycler 200.000 tonnes de plastiques

À côté de cet arsenal destiné à bannir l’usage unique, la Région rêve de transformer le plastique en or vert via la création d’une filière de recyclage. Validé la semaine dernière par l’exécutif wallon dans le cadre du plan d’investissement, le dossier va faire l’objet d’un appel à projets auprès des industriels dans les prochains jours.

Dans ce dossier, la Wallonie voit grand. Elle entend surtout profiter du vide laissé par la Chine qui refuse l’entrée sur son territoire d’une série de déchets solides dont certains plastiques, papiers et textiles pour lancer sa propre filière de recyclage.

On devrait certainement y voir plus clair dès la fin de l’appel à projets mais d’après la note gouvernementale validée la semaine dernière, le potentiel en Wallonie semble suffisant pour justifier économiquement une telle filière. "Le potentiel wallon est d’environ 200.000 tonnes de plastiques. Sur base des filières actuelles, on peut considérer, à ce jour, que seulement 70.000 tonnes sont collectées sélectivement et recyclées, soit 35%", souligne le document. Dans ces 200.000 tonnes de déchets, on trouvera les PMC et futurs P+MC collectés dans les sacs, les déchets d’équipements électriques et électroniques, les plastiques industriels, les plastiques de la construction, les plastiques automobiles, les bâches agricoles et enfin les matelas.

La sélection des projets industriels sera pilotée par le jury international des pôles de compétitivité. Outre la création de valeur ajoutée dans la Région et la création d’emplois - on évalue le potentiel entre 400 et 600 jobs -, les candidats devront démontrer leur capacité à "stimuler  l’ensemble de l’écosystème du recyclage wallon (collecte, tri, recyclage, extrusion de granulats et revente aux clients)".

De son côté, la Région met sur la table 75 millions pour prendre des participations dans les projets.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect