La Wallonie débloque 50 millions pour décarboner les entreprises

©Belgaimage

Ces subsides en provenance du fonds Kyoto doivent encourager les entreprises à diminuer leurs émissions de CO2.

La Wallonie veut hâter le pas dans ses objectifs climatiques. Son prochain plan de relance de 1,68 milliard d'euros prévu en 2021 devrait ainsi mobiliser une partie des moyens dans la rénovation énergétique du bâti wallon. Les particuliers sont visés et seront encouragés à investir dans cette rénovation à travers des primes. Mais l’accent sera aussi porté du côté des entreprises dont certaines sont de grosses émettrices de carbone. Pour accélérer cette verdisation, une enveloppe de 50 millions d’euros a ainsi été dégagée du fonds Kyoto par le ministre du Climat Philippe Henry (Ecolo) dans le cadre du conclave préparant l’exercice budgétaire 2021.

Ce n’est évidemment pas la première fois que le fonds Kyoto – on parle d’environ 315 millions disponibles pour la Wallonie au premier janvier 2020 – servira à financer des investissements permettant aux entreprises de diminuer leurs émissions de CO2. En 2020 par exemple, la Région wallonne a versé 22,5 millions à la Sowalfin. L’outil public wallon a par la suite accordé des prêts à taux zéro à des entreprises pour changer par exemple leurs groupes froids qui utilisent encore des gaz fluorés. Une partie des montants a aussi été allouée par la Sowalfin à de l’audit énergétique aux entreprises.

D’autres actions de prêts sont aussi prévues par la SRIW pour accompagner le développement des réseaux de chaleur ou le financement de grands projets renouvelables industriels comme des champs photovoltaïques.

"Lors du conclave de l’initial 2021, à mon initiative, le gouvernement s’est accordé sur une utilisation de 50 millions autrement qu’en code 8. Ceci permettra d’accorder des subsides combinés éventuellement à des prêts."
Philippe Henry (Ecolo)
Ministre du Climat en Région wallonne

Ces aides ne sont donc pas neuves  sauf que l’enveloppe de 50 millions sera engagée en 2021 à travers des subsides et non plus des prêts. "Depuis de nombreuses années, une circulaire du ministre du Budget limite l’utilisation des crédits du fonds Kyoto à des crédits de code 8 (octroi de crédits et prises de participation). Cette limitation a contribué à l’augmentation des réserves sur le Fonds Kyoto, car les entreprises sont moins désireuses de prêts que de prêts combinés à des aides. Cependant, lors du conclave de l’initial 2021, à mon initiative, le gouvernement s’est accordé sur une utilisation de 50 millions autrement qu’en code 8. Ceci permettra d’accorder des subsides combinés éventuellement à des prêts à charge du Fonds Kyoto dès 2021", a expliqué le ministre Henry au parlement wallon cette semaine. 

L’affectation des 50 millions n’est pas encore décidée, mais l’argent devrait servir à financer "tout investissement qui pourrait avoir un effet bénéfique par rapport aux émissions de CO2", précise le cabinet du ministre. Une direction qui ouvre la porte à de nombreux projets.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés