La Wallonie mise sur le rebond de ses exportations

©Photo News

La Wallonie débloque 4,5 millions pour encourager les entreprises à reprendre des parts de marché perdues début 2020.

L’exportation wallonne souffre. La faute évidemment au coronavirus et à son impact sur le commerce mondial et ses flux financiers et commerciaux entre pays. Le constat n’est évidemment pas une surprise. Mais le ministre de l’Économie en Wallonie, le libéral Willy Borsus, s’en inquiète.  "On était avant la crise dans une tendance positive", pointe-t-il en évoquant les 49,2 milliards réalisés par les entreprises wallonnes au niveau de leurs exportations 2019 et les 1,825 milliard enregistrés au niveau des investisseurs étrangers intéressés par injecter des capitaux sur le sol wallon.

La Wallonie s’en sortirait ainsi légèrement mieux que la Flandre dont les exportations au premier semestre sont en recul de 10,7% selon l'Awex.

Un nouveau monde

Mais voilà, entre janvier 2019 et aujourd’hui, la crise du coronavirus a mis ces records entre parenthèse avec un nouveau monde qui s'est installé!

Voici la situation: Si le premier trimestre 2019, avec une hausse de 6,5% des exportations, a permis de maintenir à flot les exportations wallonnes et de limiter la casse, le deuxième trimestre a eu un effet néfaste sur l’ensemble du semestre. Sur les six premiers mois 2020, les exportations reculent de 6,3% par rapport au premier semestre 2019. Le mois d’avril a particulièrement été difficile avec une chute de 24% des exportations wallonnes. "C’est évidemment une chute importante, cependant elle semble moins importante que ce que l’on ne craignait", pointe le ministre. La Wallonie s’en sortirait ainsi légèrement mieux que la Flandre dont les exportations au premier semestre sont en recul de 10,7%, précise l’Awex. Le secteur pharmaceutique, dont on connaît le poids dans l’économie wallonne, "a permis d’amortir la chute", a ainsi expliqué l’administratrice générale de l’Awex, Pascale Delcomminette.

Nous sommes une économie qui est ouverte et qui vit des exportations et des flux.
Willy Borsus
Ministre de l'Economie

L’effet levier

La fragilité du commerce mondial pousse néanmoins la Région wallonne à booster une série d’aides destinées aux entreprises. "70% du chiffre d’affaires de nos entreprises se fait à l’exportation", justifie la patronne de l’Awex. Le ministre rappelle de son côté que "30% de l’emploi en Belgique est lié directement et indirectement à l’exportation". Face à cette situation, le gouvernement wallon et l’Awex ont débloqué 1,9 million en 2020 et 2,6 millions en 2021 afin de booster le volet international des entreprises.

Outre une flexibilité et une hausse des aides offertes aux entreprises visant les marchés internationaux, l’Awex va par exemple financer des experts chargés d’aider les entreprises à reprendre des parts de marchés perdues suite à la pandémie. Le plan de l’Awex vise aussi à assurer le rebond via l’e-commerce. "Nous sommes une économie qui est ouverte et qui vit des exportations et des flux", rappelle le ministre Borsus.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés