La Wallonie mobilise 1,68 milliard pour sa relance

©Photo News

Le gouvernement wallon a bouclé son budget 2021. A côté de la crise du Covid, qui coûtera encore 788 millions l'année prochaine, la Wallonie va injecter 1,68 milliard dans le circuit économique pour financer la relance.

Semaine chargée pour les ministres wallons. Entre les réunions de crise nécessaires pour venir en aide aux secteurs toujours touchés par les fermetures comme l’Horeca ou l’événementiel, le comité de concertation pour le ministre-président ces jeudi et vendredi et un rendez-vous programmé en urgence avec les gouverneurs vendredi afin de resserrer le dispositif de lutte contre l’épidémie, il restait encore à caser les discussions budgétaires 2021 entre deux portes. Voilà qui est fait dans la foulée du comité de concertation.

Pas de nouvelles taxes

Forcément, avec la crise du Covid qui a déjà coûté 2 milliards à la Wallonie cette année, tout le monde se demandait à quelle sauce il allait être mangé l’année prochaine. La réponse apportée par le gouvernement se résume dans le titre du communiqué de presse avec «un budget structuré, flexible et tourné vers l’essentiel». Tout un programme…

"L’effort collectif réalisé lors de ce conclave permet également au gouvernement wallon de confirmer sa promesse: aucune nouvelle taxe ne sera levée en Wallonie."
Gouvernement wallon

Tout comme 2020, le budget 2021 sera exceptionnel même si celui-ci part sur une hypothèse de travail intégrant une croissance de 6,5% du PIB contre une contraction de 7,4% cette année. L’exécutif a fait le choix de diviser son budget en trois parties : l’ordinaire, une enveloppe Covid et une enveloppe destinée "à la relance, la résilience et transition". Cette méthodologie n’est pas innocente car en identifiant les dépenses Covid-19, le gouvernement wallon envoie un signal à la Commission européenne. "Ces labels permettront une lisibilité accrue de toutes les mesures, particulièrement au niveau européen, ce qui permettra une immunisation plus aisée des dépenses COVID-19", explique-t-il. A noter que l’appel vaut également pour l’agence de notation Moody’s qui doit se pencher sur la note de la Région wallonne d’ici la fin de l’année.

Voilà pour les présentations politiques, à un détail près: "L’effort collectif réalisé lors de ce conclave permet également au gouvernement wallon de confirmer sa promesse: aucune nouvelle taxe ne sera levée en Wallonie", insiste l’équipe d’Elio Di Rupo.

La crise Covid va encore coûter 788 millions

Place maintenant aux chiffres. Pour ses calculs, la Wallonie part sur cette enveloppe globale : 13,8 milliards de recettes et 17,6 milliards de dépenses, soit un solde brut à financer de 3,78 milliards. On y reviendra.

La crise du Covid devrait ainsi encore coûter 788 millions à la Wallonie l’année prochaine à travers une baisse des recettes de 225 millions et une hausse des dépenses estimée à 361 millions. Un matelas de sécurité de 202 millions a aussi été prévu. Bref, si on additionne 2020 et 2021, le coût de la crise du Covid est estimé à 2,88 milliards !

A côté de l’urgence Covid, le gouvernement a réservé une enveloppe de 1,68 milliard pour la relance et le financement de Get Up Wallonia (500 millions), le plan de transition (606 millions) et un refinancement des cassettes des ministres et de l’administration pour le financement de politiques (577 millions).

2,88 milliards
d'euros
Le coût global de la crise du Covid pour la Wallonie en 2020 et 2021.

Derrière le melting pot des chiffres, les ministres sont déjà parvenus à certaines répartitions. En vrac et sans être exhaustif : 150 millions pour stimuler le secteur de la rénovation énergétique des bâtiments, 250 millions pour la politique intégrée de la ville et le développement urbain en Wallonie, 2,7 millions pour le soutien aux entreprises via des primes, 120 millions pour la relance économique, 10 millions pour la recherche, 100 millions pour le secteur de la santé.

Mobiliser l'épargne privée

Question financement, le ministre du Budget Jean-Luc Crucke (MR) explique que la Wallonie va devoir s’endetter. On parle de 3,7 milliards. "Mais on n’a pas d’autre choix que d’injecter de l’argent public dans le circuit pour sauver le circuit. On s’intéressera à diminuer la dette dès que les recettes seront à nouveau à la hausse." La Région pourrait ainsi aller chercher 3,5 milliards sur les marchés. L’épargne privée des citoyens et entreprises va aussi être sollicitée à travers une levée de fonds de 100 millions d’euros "pour financer des projets liés à la relance".

"Mais on n’a pas d’autre choix que d’injecter de l’argent public dans le circuit pour sauver le circuit. On s’intéressera à diminuer la dette dès que les recettes seront à nouveau à la hausse."
Jean-Luc Crucke (MR)
Ministre du Budget

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés