Publicité

La Wallonie mobilise son fonds de solvabilité pour les PME sinistrées

Des entreprises dévastées par les inondations comme la société Galler, pourront faire appel au fonds de solvabilité. ©AFP

Les entreprises touchées par les inondations pourront solliciter une aide auprès du fonds de solvabilité. Doté de 400 millions, il sera notamment alimenté par les assureurs et la SFPI.

L’aide financière s’organise en Wallonie suite aux inondations qui ont touché une partie du territoire, il y a une dizaine de jours et encore ce week-end. Aux côtés des moyens mobilisés dans l’urgence par le gouvernement wallon pour venir en aide aux sinistrés et aux communes et les 2 milliards d’euros promis pour reconstruire les zones dévastées par les eaux, la Région va réorienter en partie son fonds de 400 millions à destination des PME.

Amerigo lèvera 400 millions

"En février, l’objectif était de venir en aides aux entreprises en soutenant leur solvabilité et leur relance. Aujourd’hui, un autre volet doit s’ajouter suite à l’impact des inondations."
Willy Borsus (MR)
Ministre de l'Economie

Initialement prévu en février dernier pour venir en aide aux entreprises touchées par la crise du covid et ses impacts financiers, le fonds de solvabilité de la Wallonie viendra aussi en support aux acteurs économiques touchés par les inondations. "On doit adapter les choses. En février, au moment d’annoncer la création de ce fonds, l’objectif était de venir en aides aux entreprises en soutenant leur solvabilité et leur relance. Aujourd’hui, un autre volet doit s’ajouter suite à l’impact des inondations", explique le libéral Willy Borsus, ministre en charge de l’Économie.

Opérationnel dès septembre, ce fonds interviendra à travers des avances rapides ou des prêts soudures. Le financement est assuré par une série d’acteurs publics comme la Sogepa, la SRIW, et quelques invests wallons comme Nosaq, IMBC, Ostbelgieninvest. Pour les besoins, ces acteurs ont récemment créé la société Amerigo, dont le capital est fixé à 300.000 euros.

"Amerigo est un outil technique qui va nous permettre d’aller chercher des fonds."
Sébastien Durieux
Vice-président de la Sriw

Derrière Amerigo, il ne s’agit pas de créer un nouveau guichet en plus en Wallonie. Les entreprises continueront à introduire leurs demandes d’aides à travers les outils économiques actuels comme les invests, la SRIW ou la Sogepa. "Amerigo est un outil technique qui va nous permettre d’aller chercher des fonds", explique Sébastien Durieux, vice-président de la SRIW.

Si l’objectif est d’arriver à lever à 400 millions d’euros, le fonds Amerigo travaillera en deux étapes avec un premier tour de table de 200 millions. Pour les besoins, et comme l’explique le ministre Borsus, "l’objectif est de convaincre une série d’investisseurs institutionnels et la SFPI afin d’amplifier les forces de ce fonds." La SFPI pourrait ainsi injecter 40 millions à la suite de sa décision de lancer un fonds de relance doté de 750 millions, dont 150 millions doivent servir à alimenter les initiatives régionales.

Les assureurs sollicités

Du côté des investisseurs institutionnels, les responsables d’Amerigo en espèrent 80 millions dont une partie non négligeable viendrait du secteur des assurances. Le solde de 80 millions nécessaire pour boucler ce premier tour de table viendra de la SRIW (30 millions) la Sogepa (30 millions) et des invests (20 millions).

400
millions d'euros
Le fonds de solvabilité devrait être doté de 400 millions d'euros. Le premier tour de table va permettre de lever 200 millions dont 80 millions en provenance d'acteurs institutionnels comme le secteur des assurances.

Au-delà de l’aide financière sous forme de prêts ou d’avances aux entreprises dévastées par les inondations, les fonds levés par Amerigo serviront essentiellement à renforcer les fonds propres des entreprises wallonnes par une augmentation de leur capital ou de leur quasi-capital. Ce volet concerne les entreprises actives dans des secteurs qui ont été fortement touchés par les effets de la crise sanitaire et qui ont un besoin criant de solvabilité pour pouvoir redémarrer.

Le deuxième tour de table de 200 millions sera dédié au second volet du fonds axé sur la croissance et à la transition. Cette phase sera particulièrement destinée aux entreprises ayant des projets d’investissements, qui souhaitent s’étendre ou modifier leurs processus (numérisation, transition énergétique…) à la sortie de la crise.

Le résumé

  • Annoncé en février dernier, le fonds pour la solvabilité et la relance des entreprises après la crise du covid va s'ouvrir aux PME touchées par les inondations.
  • Outre des opérateurs publics comme les invests, la Sogepa et la Sriw, le fonds sera alimenté par la SFPI et des acteurs institutionnels comme le secteur des assurances.
  • Ce sont pas moins de 400 millions qui seront mobilisés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés