Publicité
Publicité

La Wallonie peut encore mieux faire sur le front logistique

©BELGAIMAGE

Une étude sur l’attractivité des régions européennes en matière d’accueil des plateformes logistiques vient de sortir. Sur 50, la Wallonie y est classée au pied du podium, devant la Flandre. Mais elle pourrait mieux faire encore.

La Banque mondiale publie régulièrement un index des performances logistiques, un classement présentant les atouts et les faiblesses des différents pays. Six critères objectifs sont pris en compte pour calculer cette "performance logistique" nationale. Dans les quatre derniers rapports (2010, 2012, 2014 et 2016), la Belgique a toujours été classée dans le top 10. La concurrence entre les pays d’Europe de l’Ouest pour retenir et attirer les nouveaux centres de distribution internationaux est de plus en plus exacerbée. Et les rivaux directs à nos frontières placent la barre très haut. À tel point qu’il faut disposer d’un maximum d’atouts pour rester compétitif.

À la demande de l’Agence wallonne à l’exportation (Awex), de l’Union wallonne des entreprises (UWE) et du pôle "Logistics in Wallonia", PwC vient de réaliser le même exercice à l’échelon régional. Cette étude inédite, dont nous avons pu consulter les résultats en primeur, classe les 50 régions européennes ciblées selon une grille de critères prioritaires fondant la localisation d’un centre de distribution. Parmi ces critères, il faut bien admettre que la localisation géographique est un atout qui, à lui seul, fait la différence: même exemplaires à tous niveaux, certaines régions excentrées se retrouvent ainsi irrémédiablement reléguées en bas de classement. C’est ce qui explique que le top 5 soit concentré dans un mouchoir de poche géographique correspondant à l’Euregio (Allemagne/Belgique/Pays-Bas).

Politique cohérente

La géolocalisation ne suffit pourtant pas à décider une entreprise: encore faut-il que ces régions idéalement situées aient une politique globale cohérente de soutien pour l’installation de ces centres logistiques.

Parmi les critères majeurs pertinents ciblés par l’étude de PwC figurent, outre la proximité du marché (directement liée à la géolocalisation), le marché local de l’emploi (disponibilité de la main d’œuvre, performance, flexibilité, etc.), les coûts opérationnels (salaires, marché immobilier, électricité, etc.), la multimodalité (proximité des fournisseurs, réseau routier, ports, aéroports, etc.), la disponibilité des infrastructures d’accueil (bâtiments construits, terrains), le cadre légal et fiscal (stabilité politique, taxes, incitants, etc.) et enfin les compétences générales (langues, expertise sectorielle, etc.).

©Mediafin

"Porter le fer"

"Il est primordial d’indiquer que nous n’avons pas choisi les critères pour tirer la couverture à nous, insiste d’emblée Samuel Staelens, conseiller à l’UWE. On voulait disposer d’une grille de lecture qui nous permette de savoir où nous en sommes régionalement et où nous devons encore porter le fer pour dynamiser les choses et soutenir les entreprises déjà présentes ou qui le seront demain. Car pour l’UWE, cette étude, si elle se focalise d’abord sur les centres de distribution, vaut pour les entreprises de tous secteurs confondus: les paramètres sont quasi identiques en termes de localisation, de loyers, de salaires, de fiscalité ou de mobilité, par exemple. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est de capitaliser sur le fait que nous sommes dans le peloton de tête, mais aussi de tenter de comprendre pourquoi cette attractivité sur papier n’est guère porteuse d’effets", insiste le conseiller.

"Les fonciers de 15 à 20 hectares disponibles immédiatement se comptent quasi sur les doigts des deux mains. Il est donc grand temps de reconstituer sans tarder un stock significatif."
pascale delcomminette
ceo de l’awex

Du côté du Pôle de compétitivité wallon pour le secteur du Transport, de la Logistique et de la Mobilité (Logistics in Wallonia), qui regroupe pas moins de 300 membres, on rebondit sur cette remarque à double tranchant. "Le plus important, c’est que nous avons des atouts et des compétences indéniables, y compris vis-à-vis de la Flandre, listée derrière nous alors qu’elle était encore classée première il y a dix ans dans des études similaires alors réalisées par le conseil en immobilier Cushman & Wakefield. Il nous faut donc encore davantage inverser le ressenti et l’image négative qui continue à coller aux bottes de la Wallonie sur l’échiquier international, par rapport à certains de nos voisins et concurrents directs", observe pour sa part Bernard Piette, qui retient parmi les premiers atouts wallons à valoriser, outre la mobilité, la disponibilité de main-d’œuvre et du foncier.

"Sur une cinquantaine de régions, nous sommes au 4e rang et les scores entre les premiers sont très serrés. On ne va quand même pas bouder son plaisir… Nous ne manquerons pas de mettre en avant ce résultat lors de nos prochains séminaires et missions économiques!", renchérit pour sa part Pascale Delcomminette, confirmant au passage qu’il reste du travail à faire en termes d’image.

Bassin

Pour la CEO de l’Awex, il est évident que la Wallonie doit capitaliser sur les points forts du bassin économique élargi au cœur duquel elle se situe, bien au-delà des frontières géographiques et politiques régionales ou nationales. Et miser notamment sur les réseaux fluvial (Trilogiport, base arrière de Rotterdam et Anvers) et aérien (Bierset, dans le top 8 européen pour le transport des marchandises). Pascale Delcomminette relève néanmoins un priorité: la disponibilité de terrains de taille. "Pour l’instant, à l’échelle régionale, les fonciers de 15 à 20 hectares disponibles immédiatement se comptent quasi sur les doigts des deux mains. Or, les grands acteurs internationaux, à l’instar de Google ou Nike, ont besoin de disposer de superficies de plusieurs dizaines d’hectares quand ils prennent leur décision d’implantation au niveau européen. Il est donc grand temps de reconstituer sans tarder un stock significatif", conclut la patronne de l’Awex.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés