La Wallonie va contrôler la tuyauterie des immeubles

©Photo News

La Région wallonne va lancer le CertIBEau, un nouveau certificat destiné à vérifier la qualité des eaux à travers les installations des habitations. Le contrôle s’effectuera sur la tuyauterie et l’égouttage du bâtiment. Obligatoire pour toute nouvelle construction, le certificat pourra également être réalisé lors de la vente d’un immeuble.

C’est une nouvelle petite tracasserie administrative supplémentaire que devront prochainement affronter les propriétaires immobiliers en Wallonie. À l’instar du certificat de performance énergétique PEB, de l’attestation sur l’état de conformité de l’installation électrique et dans certains cas le contrôle de la citerne à mazout, le propriétaire wallon devra bientôt disposer d’un passeport eau.

"Si depuis plusieurs années, nos bâtiments sont évalués sur le plan énergétique et électrique, les installations relatives au cycle de l’eau ne le sont toujours pas."
Carlo Di Antonio
Ministre wallon de l’Environnement

La mesure était dans l’air depuis quelques années et après une ultime étape au gouvernement wallon la semaine dernière, elle devrait prochainement atterrir au Parlement avant d’entrer en application d’ici 2 mois. Cette nouvelle certification part tout d’abord d’un constat. "Si depuis plusieurs années, nos bâtiments sont évalués sur le plan énergétique et électrique, les installations relatives au cycle de l’eau ne le sont toujours pas. Cette méconnaissance est dommageable pour le particulier", pointe le cabinet du ministre de l’Environnement Carlo Di Antonio (cdH) qui y voit un risque tant pour la santé que pour l’environnement.

Obligatoire pour les nouvelles constructions

Le projet de décret définitivement adopté par l’exécutif wallon vise tout particulièrement le contrôle et la certification des installations de distribution et d’évacuation des eaux usées et pluviales dans les immeubles wallons. Mais le CertIBEau (certification eau des immeubles bâtis) sera rendu obligatoire exclusivement pour "tout projet de nouvelle construction".

En pratique, à l’état du gros œuvre fermé, la tuyauterie et l’égouttage du bâtiment devront être jugés conformes par les certificateurs agréés par la Région avant leur raccordement au réseau public de transport de l’eau.

"À l’état du gros œuvre fermé, la tuyauterie et l’égouttage du bâtiment devront être jugés conformes par les certificateurs."

Obligatoire pour les nouvelles constructions, cette certification pourra également intervenir de façon facultative dans le cadre d’une vente ou de la location d’un immeuble. "Si les raccordements sont examinés, CertIBEau n’induira pas l’obligation d’une mise en conformité dans un délai imparti. L’objectif de cette mesure étant avant tout d’informer les habitants sur la qualité de leur circuit intérieur d’eau et sur ses obligations en matière d’évacuation et/ou de traitement des eaux usées." Si le cabinet du ministre n’a pas chiffré le coût de cette nouvelle démarche qui incombera aux propriétaires, en Flandre, le coût de ces attestations est de l’ordre de 120 euros HTVA.

Le ministre Di Antonio refuse cependant de voir derrière cette nouvelle démarche une énième contrainte à charge des propriétaires, des locataires ou des candidats à la construction. "Le certificat offrira au citoyen un état des lieux clair de la qualité de l’eau qu’il consomme à l’intérieur de sa résidence, car si l’eau de distribution est le produit de consommation le plus surveillé de Wallonie, sa qualité peut être altérée en bout de course par des installations domestiques inappropriées, vétustes ou défectueuses", estime-t-il en pointant certains dangers comme une tuyauterie en plomb, un clapet anti-retour absent ou encore un mélange des eaux de pluie et des eaux usées.

Conscient des multiples démarches demandées aux propriétaires, le cabinet du ministre réfléchit à l’élaboration d’un certificat unique rassemblant le PEB, le certificat électrique et le nouveau CertIBEau. Un chantier qui ne devrait cependant pas être clôturé avant les élections.

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content