La Wallonie va intervenir dans les loyers de l'horeca

©BELGA

La Région wallonne va mettre en place un mécanisme de prêt et demande aux propriétaires de renoncer à une partie des loyers.

Alors que les mesures d’aide aux entreprises s’enchaînent depuis le début de la crise – plus de 1,2 milliard ont été mobilisés en Wallonie – le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo réfléchit à de nouvelles mesures pour les secteurs toujours impactés par le confinement comme les restaurants, les cafés et les hôtels.

Un prêt loyer

Pour l’heure, le ministre de l’Économie Willy Borsus (MR) reste très évasif sur ce qu’il entend déposer sur la table du gouvernement la semaine prochaine, mais lors d’un débat mené au sein du parlement wallon ce mercredi, il a annoncé un prochain dispositif d’aide aux loyers notamment pour le secteur Horeca. "Je plaide depuis le début pour qu’il y ait des accords entre propriétaires et locataires. Il y a eu des réductions de loyers dans 40 à 45% des situations. Mais la crise dure pour tous ces secteurs. Je proposerai au gouvernement un dispositif de soutien."

"La crise dure pour tous ces secteurs. Je proposerai au gouvernement un dispositif de soutien de garantie."
Willy Borsus (MR)
Ministre de l'Économie

Ce dispositif devrait ressembler à un prêt régional en faveur du locataire mais directement versé au propriétaire pour autant que ce dernier accepte de renoncer à une partie du loyer.

Pour Willy Borsus, ce dispositif viendra en complément à la déduction fiscale proposée par le Fédéral. Celle-ci prévoit que les propriétaires de locaux commerciaux pourront bénéficier de réductions d’impôts de 30% s’ils reportent le paiement des loyers, avec un plafond de 5.000 euros/mois par contrat et d’un maximum de 45.000 euros/mois par propriétaire.

Soutien au B2B

À côté de ce nouveau dispositif, la Wallonie peaufine son plan d’aides B2B. Derrière ce terme, on retrouve des indépendants ou entreprises qui "connaissent une situation particulièrement compliquée car ils sont actifs en B to B et fournisseurs importants des secteurs fermés", explique le gouvernement wallon. Pour bénéficier de cette aide dont les montants n’ont pas encore été communiqués, ces acteurs devront justifier que 20% de leur chiffre d’affaires concerne des secteurs "à l’arrêt ou largement ralentis", précise le ministre de l’Économie. "Il faudra aussi avoir perdu 50% de son chiffre d’affaires avec des paliers successifs. Le montant de l’intervention sera un pourcentage du chiffre d’affaires de manière à couvrir les frais fixes pendant les périodes d’inactivité."

Ce nouveau train d’aides ne devrait pas être le dernier. Tout en plaidant pour que le comité de concertation de vendredi "offre des perspectives raisonnées pour ces secteurs", Willy Borsus assure qu’il y aura encore des mesures d’aide "si ces secteurs sont encore fermés quelques semaines".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés