La Wallonie veut booster sa force de frappe économique

Willy Borsus espère arriver à une fusion intégrale des outils économiques pour le 1er janvier 2023. ©Photo News

Le ministre Borsus relance le projet de fusion des sociétés publiques d'investissement, la Sriw, la Sogepa et la Sowalfin. Son objectif, booster la force de frappe de la Wallonie.

L’idée n’est pas neuve. Elle a même fait fantasmer les précédents ministres de l’Économie depuis une décennie. Willy Borsus, l’actuel ministre libéral en charge de l’Économie, remet aujourd’hui sur la table un projet de fusion des trois sociétés publiques d’investissement en Wallonie, la Sogepa, la Sriw et la Sowalfin. Il semble bien parti pour réussir !

Objectif 2023

Dans Le Soir mercredi, il a expliqué vouloir profiter du momentum autour du plan de relance Get Up Wallonia pour lancer "une intégration complète des outils". Le timing est serré. "L’objectif est d’arriver à une fusion le 1er janvier 2023", nous dit-il. Le ministre y voit une étape cruciale et parle d’une évolution naturelle des choses. "Lorsqu’on va s’inscrire dans la relance, l’optimalisation des ressources semble importante. En rassemblant les outils, nous allons avoir une force de frappe plus importante. Cela permettra par ailleurs d’avoir une meilleure lisibilité pour les interlocuteurs."

"Lorsqu’on va s’inscrire dans la relance, l’optimalisation des ressources semble importante. En rassemblant les outils, nous allons avoir une force de frappe plus importante. Cela permettra par ailleurs d’avoir une meilleure lisibilité pour les interlocuteurs."
Willy Borsus (MR)
Ministre wallon de l'Économie

Selon Willy Borsus, cette fusion s’inscrit dans les astres. "Il y a une proximité, voire des recouvrements dans certaines activités offertes aux entreprises. Il y a des chevauchements. C’est du win-win. Ce pôle va devenir un puissant bras armé pour la Wallonie. Nous avons pas mal d’ambition et cet outil va nous permettre d’y arriver comme en investissant dans la politique énergétique ou en participant à des projets industriels."

Permettre une meilleure communication

Pour Olivier Vanderijst, le patron de la Sriw, "une marque commune va permettre une meilleure communication", estime-t-il en prenant en exemple BPI en France. "C’est au management ensuite de réorienter les demandes vers les différentes plates-formes d’investissement. Et il y a aussi des sujets transversaux à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille ou leur stade de développement : transition énergétique, digitalisation… Les experts de ces domaines pourront, dans le cadre d’une société d’investissement unique, travailler pour l’ensemble des entreprises wallonnes. Il y aura une masse critique pour avoir une approche vraiment pertinente."

"Il y aura une masse critique pour avoir une approche vraiment pertinente. "
Olivier Vanderijst
Administrateur délégué de la Sriw

Renaud Witmeur, le patron de la Sogepa, ne sous-estime pas les craintes qu’une telle réforme peut susciter dans les équipes. Mais il y croit aussi et veut rassurer ! "L’ADN des trois outils est le même: investir dans des entreprises afin de participer au développement de l’économie de la Wallonie. C’est cette valeur qui anime les équipes et je ne doute pas que si on peut expliquer et démontrer qu’on pourra faire plus et mieux en regroupant les forces, tout le monde adhérera à cet objectif."

"L’ADN des trois outils est le même: investir dans des entreprises afin de participer au développement de l’économie de la Wallonie."
Renaud Witmeur
Administrateur délégué de la Sogepa

Si l'heure de la fusion a sonné, cette convergence devra maintenant franchir des étapes comme la fusion des trois conseils d’administration et des comités de direction. "L’heure n’est pas aux tabous ou à la défense d’une structure particulière. Il faut unir les forces afin d'avoir un outil économique le plus fort possible pour servir le développement économique et social.  L’État fédéral a un outil central, c’est aussi le cas en France. Il n’est pas utile de rester une exception", assure Renaud Witmeur.

"L’heure n’est pas aux tabous ou à la défense d’une structure particulière. Il faut unir les forces afin d'avoir un outil économique le plus fort possible pour servir le développement économique et social."
Renaud Witmeur

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés