Publicité

Laurence Glautier, directrice à la Sowalfin: "Il faut démystifier l'internationalisation"

Les pays limitrophes, dont la France, ont représenté 80% des interventions de la Sowalfin en 2020. ©Photo News

À la tête de l'outil public Sofinex, Laurence Glautier se réjouit de voir que la crise n'a pas freiné certaines entreprises dans leurs projets d'investissements à l'international.

Le contraste est positif… Alors que les exportations wallonnes se sont contractées de 5,3% en 2020, pour retomber à 47,3 milliards d'euros, la situation de crise n'a visiblement pas freiné certaines entreprises dans leurs projets et investissements à l'international.

"Cela démontre une forte résilience des entreprises wallonnes et une volonté de sécuriser leurs ventes et leurs approvisionnements, en saisissant les opportunités de la crise en rachetant, par exemple, des concurrents ou des fournisseurs à l'étranger", constate Laurence Glautier, membre du comité de direction de la Sowalfin et responsable de la Sofinex.

+45%
de financement en 2020
La Sofinex a vu son activité en forte progression l'année dernière, et ce, malgré une crise profonde de l'économie.

Cap vers les pays limitrophes

Dédiée au financement des projets d'internationalisation des sociétés wallonnes en appui de partenaires privés, la Sofinex a vu son activité en forte progression l'année dernière, et ce malgré une crise profonde de l'économie. "L'activité au niveau du financement a progressé de 45% et de 54% au niveau des garanties en 2020", précise Emmanuel Calay, international finance manager à la Sofinex.

"Cela démontre une forte résilience des entreprises wallonnes et une volonté de sécuriser leurs ventes et leurs approvisionnements, en saisissant les opportunités de la crise en rachetant, par exemple, des concurrents ou des fournisseurs à l’étranger."
Laurence Glautier
Directrice à la Solwafin

Dans les détails, ces progressions au niveau de l'activité de financement ont concerné 30 dossiers, pour un montant total de financements accordés de 16,5 millions, et des projets principalement en France, en Allemagne et aux Pays-Bas.

Si les pays limitrophes ont représenté 80% des interventions, 13% des entreprises qui ont fait appel à la Sofinex se sont aventurées en Amérique du Nord et 5% en Asie. "Et 16 entreprises ont fait appel pour la première fois à la Sofinex pour du financement", pointe-t-on. Du côté des garanties, elles représentent un total de 45 millions et 104 nouveaux dossiers.

L'ICT et les nouvelles technologies

Parmi les dossiers traités par la Sofinex, ceux issus du secteur de l'ICT et des nouvelles technologies représentent plus de 40% des interventions en financement en 2020. Quant à l'année 2021, Laurence Glautier pointe déjà une tendance positive, avec 14,3 millions de financements accordés aux entreprises après 5 mois, en comparaison des 16,5 millions sur les 12 mois en 2020.

"Il faut démystifier l’internationalisation, et c’est notre rôle d’encourager et accompagner les entreprises à franchir cette étape de croissance externe."
Laurence Glautier

Derrière ces chiffres, la Sofinex y voit une tendance encourageante. "C'est un signal encourageant. Il y a beaucoup de pépites en Wallonie, mais il y a aussi beaucoup de craintes à franchir cette étape de croissance externe. Il faut démystifier l’internationalisation et c'est notre rôle d'encourager et accompagner les entreprises à franchir cette étape de croissance externe", estime Laurence Glautier, qui pointe le rôle contracyclique que peut jouer un outil public dans le financement des projets. "Pour un euro public investi, il y a eu 3,5  euros privés, contre 5,65 euros avant la crise. C'est une part plus importante du public."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés