Publicité
Publicité

Le cdH demande à Borsus de suspendre les licences d'armes vers l'Arabie saoudite

©BELGA

Le partenaire du MR au sein du gouvernement wallon estime que la suspension de la vente d'armes vers l'Arabie saoudite est "inéluctable".

La question de la vente d’armes vers l’Arabie saoudite empoisonne depuis des mois la Wallonie et en particulier son ministre-président Willy Borsus (MR), seul habilité au sein du gouvernement à accorder les licences d’armes. Un embarras que certains expliquent par les enjeux économiques qui ont pris depuis longtemps le dessus sur la question des droits de l’homme, car aussi embarrassant qu’il peut l’être, l’Arabie saoudite n’est autre que le premier client de l’industrie de l’armement de la Wallonie dont la Fabrique nationale (FN) détenue par la Région wallonne. En 2017, la monarchie sunnite a passé pour 153 millions de commandes auprès des entreprises wallonnes.

Résultat, même si de nombreuses voix politiques se sont récemment déclarées pour un embargo sur les ventes d’armes vers la monarchie sunnite, le gouvernement wallon refuse pour l’instant d’endosser seul, comme semble vouloir le faire l’Allemagne, une position qui passerait par une suspension immédiate de toutes les licences wallonnes délivrées par son gouvernement. 

Le ministre-président libéral Willy Borsus, qui participe à la visite d’Etat emmenée par le Roi au Portugal cette semaine, attend ainsi de voir comment les pays européens vont se positionnent. "Nous avons discuté de ce dossier avec le ministre des Affaires étrangères (Didier Reynders, NDLR). Nous privilégions la concertation. Nous devons voir comment les autres pays se positionnent. Des contacts sont pris", a-t-il confié à l’agence Belga. 

Un appel à Borsus

"Il faut du volontarisme. On doit suspendre les licences au niveau wallon. La Wallonie doit avoir un effet d’entraînement au niveau européen."
un membre du bureau du cdH

Les choses pourraient cependant bouger rapidement, car son partenaire humaniste au sein du gouvernement wallon semble prêt à voir la Wallonie adopter aujourd’hui une position plus ferme. "L’actualité – en particulier la disparition du journaliste Jamal Khashoggi – démontre que l’Arabie saoudite est un régime complètement à la dérive et justifie une prise de position forte. Le cdH demande ainsi à la Belgique de revoir immédiatement l’ensemble des relations diplomatiques et commerciales avec l’Arabie saoudite, et ne pas s’arrêter uniquement à la suspension inéluctable de la vente d’armes. Il faut une position ferme, notamment sur la question de l’achat du pétrole par notre pays, ainsi que celle des investissements réalisés par l’Arabie saoudite partout en Belgique", a fait savoir le cdH après son bureau politique.

Derrière cette position, le parti de Benoît Lutgen envisage donc de demander au ministre-président Willy Borsus de suspendre les licences d’armes vers l’Arabie saoudite. "Il faut du volontarisme. On doit suspendre les licences au niveau wallon. La Wallonie doit avoir un effet d’entraînement au niveau européen", explique ainsi un membre du bureau.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés