Le CE1D et le chat Flocon fâchent les enseignants

©BELGAIMAGE

L'épreuve de français du CE1D était-elle trop facile? Plusieurs enseignants le pensent et ont exprimé leur avis sur les réseaux sociaux. La ministre, Marie-Martine Schyns, a réagi.

Des enseignants ont exprimé leur indignation sur les réseaux sociaux après avoir faire passer la semaine dernière à leurs élèves de deuxième secondaire l'épreuve du CE1D en français, qu'ils ont jugée d'une facilité déconcertante.

Pour certains, il était du niveau du CEB (sixième primaire). On parle de "nivellement par le bas". La ministre Schyns a dû répondre à de nombreuses attaques, alors que les résultats ne sont pas encore connus.

 

• Est-ce la faute de la ministre de l'Education? Marie-Martine Schyns explique que son rôle se limite à dresser un cadre et non à concevoir les questions des épreuves certificatives. Elle exprime toutefois sa confiance envers les équipes, parmi lesquelles figurent des enseignants, qui ont rédigé les questionnaires.

♦ En ligne de mire, l'histoire du chat Flocon

Il faut donc voir l'ensemble de l'épreuve et ne pas se focaliser sur une seule question.
Marie-Martine Schyns

Les élèves de deuxième secondaire devaient notamment, après la lecture d'un texte, reconnaître parmi quatre photos de chats, Flocon, un matou noir avec une tache blanche au cou. Une énigme digne d'être posée à des enfants de maternelle, selon des enseignants.

©Olivier Polet

La ministre de l'Education relativise. "Il y a une gradation dans les questions. Il faut donc voir l'ensemble de l'épreuve et ne pas se focaliser sur une seule question. L'épreuve vise de plus à évaluer l'acquisition des compétences minimales", souligne Marie-Martine Schyns. "Je n'ai pas à juger si les questions sont trop difficiles ou trop faciles", précise-t-elle.

La ministre de l'Education ajoute que ces épreuves feront "naturellement" l'objet d'évaluations tant en ce qui concerne leur contenu que leur sécurisation, après les fuites l'an dernier sur internet. Marie-Martine Schyns juge toutefois les épreuves externes utiles à tous les acteurs de l'enseignement, des élèves aux politiques, en passant par les enseignants et les directions d'écoles.

 

♦ Des épreuves "trop sélectives"...

©BELGAIMAGE

L'ASBL 'Echec scolaire' se montre également critique par rapport aux évaluations externes certificatives, mais, a contrario, en raison du fait qu'elles sont trop sélectives d'après l'association. "Le test n'évalue plus l'acquisition de compétences minimales. Il s'agit de la construction d'un concours qui sélectionne une élite qui, seule, aura le droit d'accéder à l'enseignement secondaire général", estime l'ASBL.

"L'évaluation n'apporte aucune solution pour améliorer les performances des élèves. Elle n'est qu'un test, rien d'autre. De la même manière, on n'obtient pas la guérison d'une affection par son seul diagnostic", relève-t-elle. "Or, la note de l'évaluation-sanction est un verdict sans appel qui condamne l'élève sans apporter de solutions à ses difficultés", ajoute-t-elle.

L'ASBL 'Echec scolaire' considère qu'aucun socle de compétence n'a été fixé en pratique et que dès lors les compétences sont déterminées subjectivement par la commission de pilotage qui réalise les tests, sur base de l'expérience pratique d'inspecteurs. Les derniers résultats au CE1D en mathématiques (58% en moyenne) montrent le décalage entre le niveau espéré et la réalité, souligne l'ASBL.

La ministre de l'Education considère que le Pacte d'excellence, accueilli positivement au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles en mai dernier, répond aux critiques formulées par l'ASBL. Elle explique notamment que le tronc commun sera renforcé.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés