Publicité

Le covid safe ticket en vigueur en Wallonie à partir du 1ᵉʳ novembre

©BELGA

Le CST sera de vigueur sur toute la Wallonie, malgré l'avis critique de l'autorité de protection des données.

L'arrivée du covid safe ticket (CST) se précise en Wallonie, après l'adoption en deuxième lecture de l'avant-projet de décret par l'exécutif wallon. Son utilisation sera rendue obligatoire pour les plus de 16 ans, à partir du 1er novembre jusqu'au 15 janvier 2022 inclus, "et ce afin de s'aligner sur le dispositif bruxellois". Il sera requis dans une série de secteurs comme les dancings, l'horeca, les établissements du secteur culturel, récréatif et festif rassemblant 50 personnes ou plus en intérieur et 200 personnes ou plus en extérieur, les centres sportifs, les centres de fitness et les sports en intérieur et au-delà de 200 personnes en extérieur.

Les plus de 12 ans devront présenter leur CST lors d'une visite dans les hôpitaux, les maisons de repos, les établissements de soins résidentiels pour personnes vulnérables, ou lors d'évènements de masse.

"Le projet ne justifie pas la nécessité du CST ailleurs qu'en province de Liège."
Autorité de protection des données

Interrogée sur la portée du projet de décret, l'autorité de protection des données (APD) reste assez critique sur cette mise en place et y voit "une ingérence importante dans le droit à la vie privée". Dans un avis rendu au gouvernement wallon le 12 octobre, elle s'interroge notamment sur "la proportionnalité du choix fait par les auteurs de l'avant-projet de décret d'imposer l'utilisation du CST sur l'ensemble du territoire de langue française", alors que le Risk Assessment Group (RAG) recommandait, fin septembre, son usage strict en province de Liège, mais pas d'une manière plus large dans les autres provinces, hormis pour les dancings. "Le projet ne justifie pas la nécessité du CST ailleurs qu'en province de Liège", pointe ainsi l'APD.

Sans répondre à toutes les critiques formulées par l'APD, le gouvernement wallon s'est malgré tout engagé à "évaluer régulièrement la nécessité et la proportionnalité du maintien de l'obligation élargie du CST en Wallonie, au regard de la situation épidémiologique".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés