Publicité
Publicité

Le Fédéral va chaperonner la Wallonie pour la gestion de la crise due aux intempéries

Le ministre-Président wallon Elio Di Rupo a créé un commissariat spécial à la reconstruction, qui va accueillir et superviser une cellule fédérale chargée de faire se rencontrer les offres et besoins nés de la catastrophe. ©Photo News

La ministre de l'Intérieur installe une cellule fédérale pour aider à coordonner l'aide dans les régions sinistrées. Une réponse aux critiques sur la gestion de la catastrophe?

La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), a ouvert, ce jeudi, une cellule d'appui fédérale au sein du commissariat spécial à la reconstruction, créé par le gouvernement wallon pour coordonner l'aide apportée dans les régions touchées par les intempéries. Cette cellule aura bel et bien un rôle de gestion, elle aussi. Est-ce une reprise en main par le Fédéral de prérogatives wallonnes jugées mal assumées, ou un soutien bienvenu dans un chantier gigantesque?

26 juillet
Depuis le 26 juillet, ce sont les gouverneurs de province et le commissariat à la reconstruction qui s'occupent de la gestion de la crise causée par les inondations.

Au départ, c'était la phase fédérale de gestion de crise qui avait été enclenchée suite aux intempéries. Le 26 juillet dernier, celle-ci se terminait et la coordination des opérations était alors reprise par les gouverneurs de province et le commissariat à la reconstruction pour toutes ces compétences régionales que sont l'aménagement du territoire, le logement, les déchets, etc. Ceux-ci ont dû établir une difficile transition pour sortir des services d'extrême urgence et commencer à rencontrer les besoins prioritaires et à assurer un suivi global ainsi qu'une planification à plus long terme.

Reproches et critiques

La multiplicité des tâches a mis de nombreux intervenants à genoux , quelques dysfonctionnements sont vite apparus. Faute de précédents d'une telle envergure, les rouages n'étaient clairement pas parfaitement huilés dès les premiers jours.

Les reproches ont donc fusé sur la gestion, avec des critiques venues de Flandre mais aussi des plaintes locales. Le bourgmestre de Pepinster s'en est ainsi pris à la Croix-Rouge: "Nous avons besoin d'une structure qui vienne approvisionner les habitants et permette ainsi à nos services communaux d'être actifs sur le terrain", lançait la semaine dernière Philippe Godin. La Croix-Rouge ripostait alors que son rôle n'était pas de "suppléer les pouvoirs publics et les différentes structures existantes". Qui sait qui gère quoi...

Pour plus d'efficacité

"La complexité et l'ampleur de la catastrophe font que les structures provinciales habituelles de gestion de crise doivent être davantage renforcées."
Annelies Verlinden
Ministre de l'Intérieur

Désormais, une cellule d'appui fédérale viendra donc servir de courroie. Pas à la demande du ministre-Président Di Rupo, mais bien sur "proposition" d'Annelies Verlinden. "La complexité et l'ampleur de la catastrophe font que les structures provinciales habituelles de gestion de crise doivent être davantage renforcées afin d'organiser l'aide de la manière la plus efficace possible", explique-t-elle dans un communiqué.

Mais à quoi cette cellule va-t-elle servir? Elle va être composée d'un représentant de chacune de ces compétences: police fédérale, santé publique, pompiers, protection civile et défense. Ces personnes devront établir le lien entre la demande du terrain et les services qui peuvent y répondre. Elles devront aussi "chercher les besoins", renseigne le cabinet de la ministre Verlinden. "Parce qu'il y a suffisamment d'aide disponible! Il faut juste avoir les bonnes priorités et s'adresser au service adéquat."

"Il y a suffisamment d'aide disponible! Il faut juste avoir les bonnes priorités et s'adresser au service adéquat."
Le cabinet de la ministre de l'Intérieur

La ministre Verlinden a aussi demandé que des officiers de la protection civile prennent contact avec les bourgmestres des communes les plus touchées pour, notamment, établir une liste de priorités.

Sous la supervision des autorités wallonnes

Ces cinq représentants travailleront en collaboration avec la cellule info du centre de crise, mais sous la supervision du commissariat régional créé par Di Rupo.

Plus de 12.000 habitations ont été rendues inhabitables à cause des inondations. ©Photo News

"Des efforts considérables ont été fournis par l'ensemble des parties concernées. Il reste cependant encore un long chemin à parcourir."
Annelies Verlinden
Ministre de l'Intérieur

Cet appui fédéral reste donc sous la coupole du régional. Original. Cela doit sans doute permettre de ne pas trop heurter la susceptibilité des autorités wallonnes, qui œuvreront quand même avec l'œil du fédéral dans leur dos. Le communiqué de la ministre n'épargne d'ailleurs pas les formules pour ménager quelque esprit irritable: "Des efforts considérables ont été fournis par l'ensemble des parties concernées. Il reste cependant encore un long chemin à parcourir".

Une aide bienvenue sur le terrain?

Reste à espérer que cet échelon supplémentaire ne constitue pas un obstacle bureaucratique à l'efficacité, parce que les solutions sont urgentes à trouver, entre autres pour le relogement de milliers de sinistrés de Trooz, Limbourg, Pepinster, Theux , Verviers, Liège, Esneux-Tilff, Chaudfontaine, Rochefort.... Plus de 12.000 habitations ont été rendues inhabitables à cause des inondations, alors que la Société wallonne du logement ne dispose que de 400 logements publics.

"Si quelqu'un veut nous apporter une aide structurelle, elle est évidemment bienvenue."
Fabien Beltran
Bourgmestre de Trooz

À Trooz, on voit la création de cette cellule d'un bon œil. "Si quelqu'un veut nous apporter une aide structurelle, elle est évidemment bienvenue", réagit Fabien Beltran, le bourgmestre. "Si, par exemple, quelqu'un peut prendre en charge les douches, les repas chauds ou remettre de l'essence dans les groupes électrogènes, cela nous permettra de nous concentrer sur la masse de travail administratif."

Le résumé

  • La ministre de l'Intérieur a créé une cellule d'appui fédérale pour aider la Wallonie à gérer la crise causée par les inondations.
  • Cette cellule devra établir le lien entre les besoins et les services adéquats.
  • Mais cette initiative ressemble à un camouflet pour les autorités wallonnes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés