Le gouvernement wallon annonce la fin de Qualiwatt

©Photo News

Le gouvernement wallon annonce la fin des primes Qualiwatt au 30 juin 2018.

Jean-Luc Crucke (MR), qui a pris ses fonctions de ministre de l’Energie en juillet, n’a pas traîné : il a fait approuver, ce jeudi, par le gouvernement wallon l’arrêt des primes Qualiwatt au 30 juin 2018. Une décision qui n’est pas rétroactive, insiste-t-il. Les primes existantes sont maintenues.

Ce qui motive cette décision? Le fait qu’aujourd’hui, l’investissement dans des panneaux photovoltaïques est devenu rentable sans subside. Une situation qui justifie cette décision rapide, explique le ministre.

"C’est une question d’équité, puisque le coût de ce soutien est répercuté sur tous les citoyens, qu’ils aient du photovoltaïque ou non. Cette solidarité doit exister pour des filières durables quand elles ne sont pas rentables. Mais elle n’a plus lieu d’être une fois qu’une filière atteint cette rentabilité."

Qualiwatt avait été mis en place en 2014 pour soutenir les petites installations photovoltaïques en Wallonie, pour éviter de nouveaux dérapages après l’emballement du système Solwatt.

L’atout de Qualiwatt?
Des primes adaptables, avec pour critères un temps de retour sur investissement de huit ans et un taux de rentabilité interne de 5%. Or dans un avis publié le 6 décembre, la Cwape, le régulateur wallon du secteur énergétique, établit que l’objectif de 5% sera rencontré sans prime pour les installations réalisées au premier semestre 2018.

 

Qualiwatt en chiffres

Actuellement, le parc Qualiwatt est constitué de 15.930 installations, représentant une puissance totale installée de plus de 90 MWc et une puissance moyenne par installation de l'ordre de 5,7 kWc.

Le taux de rentabilité interne d'une installation photovoltaïque de 3 kWc recevant la prime Qualiwatt est compris entre 7,3% et 8,4%, ce qui est bien supérieur à l'objectif initial du régime (5%).

Les installations photovoltaïques sont aujourd’hui 30% moins chères et bien plus performantes qu’en 2014. Au 30 juin dernier, la Wallonie comptait 15.930 installations Qualiwatt, d’une puissance moyenne de 5,7 kWc. "Cela montre que la prime ne joue déjà plus un rôle décisif dans la décision des investissements des particuliers, puisqu’elle est plafonnée à 3 kWc ", souligne Jean-Luc Crucke.

Pour les installations existantes, rien ne change: elles continueront à bénéficier des primes prévues. Pour celles qui seront mises en service au premier semestre 2018, tout dépendra de l’engouement : seules 6.000 installations pourront prétendre aux primes Qualiwatt.

Risque-t-on d’atteindre ce plafond? "Je n’en sais strictement rien," réagit Jean-Luc Crucke. "Certains vont peut-être se dépêcher pour encore bénéficier de cette aubaine, mais encore faut-il que les installateurs puissent suivre."

Le ministre se dit en tout cas convaincu que même sans primes, la filière photovoltaïque va continuer à croître. "En Flandre, où les primes ont été supprimées depuis longtemps, le nombre d’installations s’envole, grâce à un message positif. Je vois avec bonheur que cette filière n’a plus besoin d’aides publiques. On entre dans un cercle vertueux. "

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content