Robert Vertenueil sur un siège éjectable

Le président de la FGTB, Robert Vertenueil, a plaidé avec le président du MR pour un nouveau pacte social. ©Photo News

Le sort du président de la FGTB Robert Vertenueil sera scellé ce lundi. Son mandat fait en ce moment l'objet de discussions dans les différentes centrales du syndicat. En cause, une rencontre qu'il a eue la semaine dernière avec le président du MR. Plus globalement, c'est sa gestion de l'organisation qui est remise en cause.

Mais que diable s’est-il passé entre Georges-Louis Bouchez, le président du MR, et Robert Vertenueil, le président de la FGTB, mercredi dernier pour que les cadres du syndicat socialiste en tremblent encore et y perdent leur chasuble rouge ? Une poussée d’urticaire qui a poussé le patron de la FGTB à sortir un communiqué le lendemain qui ressemblait entre les lignes à un mea-culpa ! Ce lundi, toutes les centrales se penchent sur son cas. Au menu: son éviction ou, au mieux, un solide recadrage.

Une rencontre qui vire au psychodrame

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, il faut remonter à mercredi. Direction le siège de la FGTB en plein cœur de Bruxelles. À l’initiative du syndicat socialiste, le président du Mouvement réformateur est invité à venir débattre à la rue Haute avec Robert Vertenueil. Face à eux, un confrère du Soir est invité à suivre le débat. On découvrira donc le lendemain les deux hommes plaider ensemble pour "un nouveau pacte social".  

"Il y a un constat commun : il est temps de doter le pays d'un nouveau contrat social ou pacte social."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Les deux présidents s’affichent détendus dans la presse avec une volonté de travailler ensemble. "Nous nous retrouvons pour pointer les thématiques qui nous semblent essentielles à l'heure actuelle, et il y a un constat commun: il est temps de doter le pays d'un nouveau contrat social ou pacte social", assurait Georges-Louis Bouchez.

Pour sa part, Robert Vertenueil, concédait que "nous n'aurons pas demain un mémorandum commun FGTB-MR sur l'ensemble des enjeux de l'heure". Toutefois, "dans une démarche démocratique", il recommande le dialogue. "Que faire pour aider le monde des entreprises et le monde des travailleurs? Nous devrons trouver les points d'équilibre pour dégager des solutions. Avec, au bout, un nouveau Pacte social. "

"Que faire pour aider le monde des entreprises et le monde des travailleurs? Nous devrons trouver les points d'équilibre pour dégager des solutions."
Robert Vertenueil
Président de la FGTB

D’un côté, Georges-Louis Bouchez tendait la main à la FGTB, de l’autre, Robert Vertenueil concédait que "nous ne sommes pas d'accord, et pourtant nous sommes d'accord". 

"La goutte qui fait déborder le vase"

Si certains y voient logiquement une avancée positive dans le débat démocratique en prévision d'un dialogue entre deux adversaires sur la scène médiatique, d’autres se sont étranglés en lisant les articles de presse jeudi. "Je n'avais jamais vu une telle levée de boucliers parmi les délégués", confie lundi une source syndicale.

"Le timing de la rencontre, son lieu, son contexte ... rien n'était adéquat", nous glisse une autre personnalité influente à la FGTB. D'après celle-ci, pas de doute: le président a commis une "faute grave" et son sort est "scellé". Pour autant, il serait réducteur de penser que cette entrevue soit le seul motif de la grogne. "C'est la goutte qui fait déborder le vase, mais en réalité, c'est la gestion du syndicat par Robert Vertenueil qui est en cause", nous explique-t-on. 

"C'est la goutte qui fait déborder le vase, mais en réalité, c'est la gestion du syndicat par Robert Vertenueil qui est en cause."
Une source syndicale

A en croire nos interlocuteurs, les griefs à son encontre sont nombreux. On lui reproche, en vrac: une trop faible visibilité du syndicat, des décisions prises sans concertation ou encore une absence de prise de position claire sur certaines questions financières en interne.

Bien que son éviction semble probable, beaucoup de choses peuvent encore se passer, assure un autre syndicaliste, qui souligne les sensibilités différentes au sein des centrales de la FGTB. Alors que le PTB gagne du terrain au sein du syndicat, nos interlocuteurs se refusent toutefois à lui prêter une grande influence dans ce qui se joue actuellement. "S'il y en a une, elle est plutôt à la marge", entend-on.

Qui pour succéder à Vertenueil?

Le poste de président de la FGTB n'est pas facile à assumer. S'il faut trouver un successeur à Robert Vertenueil, cela n'aura probablement rien d'une sinécure. Le nom de Thierry Bodson, actuellement à la tête de l'interrégionale wallonne, est abondamment cité. "Il a l'expérience, mais il n'est pas le seul", indique-t-on. "Il faut aussi voir si un poste de président fédéral l'intéresserait, alors qu'il a toujours été un fervent régionaliste", pointe une autre source.

"Rien n'est encore décidé, mais les prochaines heures seront cruciales", nous assure-t-on.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés