Le marché du travail toujours dans le rouge

Le secteur de la construction est l'un des plus touchés par les mesures de licenciements.

Le nombre d'emplois perdus reste toujours deux fois supérieur au nombre d'emplois créés, selon une enquête de SD Worx.

Le ciel reste morose pour de nombreuses PME wallonnes et bruxelloises, selon les données du prestataire de services SD Worx. L'étude porte sur 26.000 PME employant près de 350.000 travailleurs.

Ainsi, on observe qu'en Wallonie, au deuxième trimestre, seulement 15,4 % des PME ont recruté, contre 22,6% un an plus tôt. Les secteurs qui résistent le mieux sont la santé, le travail social ainsi que l'information et la communication.

Plus d'emplois perdus que d'emplois créés

A ce jour, une entreprise sur quatre en Wallonie résilie des contrats de travail. "La baisse des contrats de commande oblige les entreprises, dans un premier temps, à diminuer le nombre d'embauches, et dans un deuxième temps, à licencier du personnel", explique Vassilios Skarlidis, directeur régional chez SD Worx. "Les PME qui, avant le confinement, étaient stables financièrement vont se relever de la crise, mais celles qui ne l'étaient pas vont avoir plus de mal à garder le cap."

Les licenciements sont donc une conséquence de la baisse du volume de travail et des mesures de réduction des coûts mises en place par les entreprises. Selon SD Worx, les licenciements sont deux fois plus nombreux que les embauches.

15,4 %
Aujourd'hui, en Wallonie, seulement 15,4% des PME recrutent. Elles étaient 22,6% fin juin 2019.

Les ouvriers dans le viseur

En Wallonie, les pertes d'emplois se retrouvent principalement dans les secteurs du transport et de la logistique (-6,7%), de l'horeca (-6,3%) et de la construction (-4,2%). A Bruxelles, ces chiffres chutent à respectivement -9% et -12% pour le transport et l'horeca. Ce constat est confirmé par Acerta, autre secrétariat social, qui relève que la moitié du personnel permanent de l’horeca était encore au chômage temporaire en juin.

"Les ouvriers sont plus présents dans l'environnement de la production. Ils sont plus impactés par les mesures de licenciement que les employés."
Vassilios Skarlidis
Directeur régional chez SD Worx

"Les ouvriers sont plus présents dans l'environnement de la production (transport, logistique, etc.). Ils sont donc plus impactés par les mesures de licenciement que les employés", commente Vassilios Skarlidis.

La plupart des employés ont continué leur activité en télétravail, une flexibilité plus difficile à obtenir pour les ouvriers. A titre d'exemple, en Wallonie, un ouvrier a quatre fois plus de risque de se faire licencier qu'un employé.

Quel temps pour septembre?

Les prévisions pour le mois de septembre sont encore très incertaines. "La situation actuelle est moins catastrophique que ce que l'on aurait pu imaginer, confie Vassilios Skarlidis. S'il n'y a pas de deuxième vague, on assistera à un redémarrage timide des embauches, excepté dans le secteur de l'événementiel."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés