Le nouveau holding économique de la Wallonie pèsera 4 milliards d'euros

La grosse pièce de la réforme consiste à rapprocher les deux grands acteurs du paysage - la SRIW (spécialisé dans les investissements des entreprises) et la Sowalfin (dédié au financement et à l'accompagnement d'entreprises) - et les 60 structures qui gravitent dans leur sillage pour en faire un gigantesque ensemble financier. ©BELGA

Le rapprochement entre la SRIW et la Sowalfin va donner naissance à la Société d’investissement et de financement de la Wallonie.

La rationalisation des outils financiers en Wallonie, c’est un peu le monstre du Loch Ness. On en parle depuis des années et on ne voit toujours rien venir. Les grandes manœuvres semblent pourtant s’accélérer.

Le gouvernement MR-cdH doit en principe adopter ce jeudi le premier volet de cette vaste réforme qui vise à mettre de la clarté dans la galaxie wallonne des outils publics au service des entreprises.

D’emblée, le gouvernement a écarté les questions qui fâchent. Exit donc, le rapprochement entre les 9 invests répartis sur le sol wallon. Le projet initial (lire L’Echo du 24 novembre 2017) prônait un vaste regroupement des invests en 3 pôles géographiques (Hainaut, E411 et Liège), "de manière à atteindre une certaine taille critique et d’optimiser la gestion des ressources". L’idée est maintenant gelée, faute de véritable accord, et renvoyée à une "deuxième phase" du projet. D’ici là, le gouvernement entend néanmoins encourager les fusions entre différentes filiales des invests.

Le pôle SRIW-Sowalfin

Cette parenthèse refermée, la grosse pièce de la réforme consistera à rapprocher les deux grands acteurs du paysage – la SRIW (spécialisé dans les investissements des entreprises) et la Sowalfin (dédié au financement et à l’accompagnement d’entreprises) – et les 60 structures qui gravitent dans leur sillage pour en faire un gigantesque ensemble financier pesant près de 4 milliards d’euros si on comptabilise les trésoreries et toutes les participations de la Région wallonne dans des entreprises comme Sonaca, la FN, Safran, Vitrufin, Prayon…

4 milliards €
Le rapprochement entre la SRIW et la Sowalfin va créer un gigantesque holding pesant près de 4 milliards d’euros.

Ce puissant pôle économique de près de 150 personnes, façonné sur le modèle de son grand frère BPI en France, jouera le rôle de guichet unique chargé d’orienter l’entrepreneur vers l’organisme et le financement qui répond le mieux à ses besoins spécifiques: administration, invests, Sowalfin et filiales, SRIW et filiales. "L’objectif qui préside à cette réforme consiste à gérer de manière coordonnée les efforts de la Wallonie en faveur de l’investissement, de la création d’entreprise et du financement des initiatives des entreprises, des indépendants", souligne un document de travail du gouvernement.

Le mariage se fera en plusieurs étapes. Dans l’immédiat, une coupole centrale assurera la coordination entre les invests. Elle sera également chargée de la répartition des dossiers entrants entre la SRIW et la Sowalfin. Elle chapeautera aussi les services transversaux comme la comptabilité, la trésorerie, les achats, la gestion des ressources humaines, la communication et le service juridique.

Le service de veille stratégique de la Région wallonne, jusqu’ici opéré par la Sogepa, est aussi rapatrié au sein de cette coupole. Sa mission a par ailleurs été clairement définie. Elle devra "disposer en permanence d’une analyse concrète et empirique du tissu socio-économique de notre Région afin d’identifier les créneaux porteurs, les carences, les secteurs en surabondance d’opérateurs, les nouveaux potentiels".

La coupole commune à la SRIW et à la Sowalfin est cependant très vite appelée à se transformer en véritable holding baptisé pour l’instant Société d’investissement et de financement de la Wallonie (SIFW).

Le contrat de mariage prévoit également des rationalisations dans les innombrables filiales construites au fil du temps dans la galaxie SRIW/Sowalfin. On parle notamment de supprimer la Sowaspace, l’AEI et la Fiwapac. Innovatech et Picarré seront eux fusionnés. Le holding Wespavia est lui appelé à être absorbé par la SRIW où seront logées toutes les participations de la Région (Vitrufin, Sonaca, FN, Safran Aero Boosters…).

©MEDIAFIN

Le pôle Sogepa-Spaque

À côté de ce nouveau géant, un deuxième pôle rassemblera la Sogepa (spécialisée dans le sauvetage des entreprises en difficultés) et la Spaque (dédiée à la réhabilitation des friches industrielles). Derrière ce rapprochement, l’objectif est de "permettre d’augmenter la réhabilitation de terrains et leur mise à disposition aux opérateurs économiques", précise une note du gouvernement. Ici aussi, la réforme prévoit de supprimer des filiales comme FISH actuellement logée dans la Sogepa.

Ce nouveau pôle devra également gérer les garanties hospitalières accordées par la Région, de quoi enterrer le projet cdH d’un troisième pôle hospitalier.

Reste un point "technique" qui pourrait venir gripper toute la machine et bloquer le projet du gouvernement ce jeudi: la répartition des influences. Aux dernières nouvelles, le MR aurait décroché la présidence du pôle Sogepa/Spaque. Le cdH remporterait la présidence du pôle SRIW/Sowalfin.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés