Le parquet veut renvoyer Didier Donfut en correctionnelle

Didier Donfut préside Ores. ©Guy Puttemans

Le socialiste wallon doit comparaître le 14 octobre en Chambre du conseil. Le ministre d’État Robert Urbain également. Et l’opérateur Ores est touché.

L’instruction-fleuve du juge montois Alain Blondiaux et des policiers de l’OCRC (Office de répression de la corruption) entamée en 2009 au sujet de l’ex-ministre wallon Didier Donfut est terminée. Les conclusions des enquêteurs ont été déposées et, selon nos informations, le procureur du Roi a retenu au moins trois chefs d’inculpation dont "faux en écriture" et "abus de confiance" — contre Didier Donfut, le ministre d’État Robert Urbain (PS) et un de leurs "associés" Jean-Pierre Jeuniaux. Le parquet a donc finalisé son réquisitoire, celui-ci a été approuvé et il demande le renvoi de Didier Donfut devant le tribunal correctionnel: l’audience de la chambre du conseil a été fixée au 14 octobre prochain.

Le parquet de Mons reproche aux personnes renvoyées d’avoir faussement conclu un contrat de prestation de services entre IGH (Intercommunale gazière du Hainaut) et la société de consultance IDEE (de Didier Donfut) dans le but frauduleux de contourner les effets de la loi du 4 mai 1999, d’avoir, en qualité de dirigeants de l’intercommunale, engagé leur société dans la conclusion d’un contrat avec IDEE pour favoriser les intérêts de Didier Donfut et d’avoir rémunéré mensuellement Didier Donfut via la société IDEE; d’avoir frauduleusement utilisé des fonds provenant de l’intercommunale pour octroyer à Didier Donfut des rémunérations disproportionnées au regard des prestations effectuées. Les émoluments de Didier Donfut pour ses consultances étaient de 120.000 euros par an et venaient s’ajouter à son salaire ministériel.

Bref, les autorités judiciaires retiennent contre Didier Donfut et ses partenaires tous les éléments qui, après leur révélation en 2009, avaient conduit à sa démission immédiate jetant le Parti socialiste dans l’embarras et discréditant son discours sur le renouveau post "affaires" Carolo.

Or de l’eau a depuis coulé sous les ponts. L’intercommunale IGH a été depuis reprise par l’opérateur des réseaux gaz et électricité Ores et Didier Donfut a plusieurs fois tenté de "revenir" dans le parcours. Chose faite en juin de l’année dernière quand il a été élu à la présidence de… Ores pour cinq ans. Rappel, le PS a la main au sein du CA d’Ores puisque 7 administrateurs sont socialistes, 4 cdH, 4 MR et 1 Ecolo.

Reste que la décision de renvoyer le président en correctionnelle fait tache chez Ores. L’opérateur a, selon nos informations, fait procéder à plusieurs consultations juridiques pou voir dans quelle mesure il devait… se porter partie civile contre Didier Donfut, puisque les intérêts de IGH/Ores ont potentiellement été lésés.

Le conseil d’administration est appelé à statuer sur ce point le 30 septembre prochain mais devrait, vraisemblablement, attendre que la procédure pénale contre les prévenus suive son cours avant d’éventuellement ester au civil. Les assureurs d’Ores ont en revanche accepté de prendre en charge les frais de défense en justice de Robert Urbain, l’ancien président d’IGH, comme ceux d’Electrabel prennent en charge les frais de défense en justice de M. Jeuniaux.

[Suivez l'auteur de cet article sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés