Le plan route wallon, l'autre levier de la relance

La Sofico, le bras armé du gouvernement wallon, devrait investir 180 millions dans une série de chantiers du plan d'infrastructures, cette année. ©BELGAIMAGE

La Wallonie va investir 2 milliards dans ses routes et voies navigables d'ici 2026. C'est autant que le plan de relance Get Up Wallonia!

La relance économique de la Wallonie passera aussi par ses chantiers routiers. Dit comme cela, cela peut évidemment faire sourire, mais ceux-ci s’accompagnent d’un budget de 2 milliards d’euros sur 6 ans! Soit autant que ce que va investir le gouvernement wallon à travers son plan Get Up Wallonia!

Le secteur demande des décisions

Le secteur des entreprises de voirie l’a d’ailleurs très bien compris. Derrière lui, on retrouve près de 150 entreprises, familiales ou internationales, qui emploient entre 3.500 et 4.000 personnes dans le sud du pays. "Le plan infrastructure 2020-2026, annoncé par le gouvernement en juillet, est très important pour nous après des années 2019 et 2020 qui ont été difficiles. La liste des chantiers est toujours en négociation au sein du gouvernement. Il ne faut pas traîner si on veut obtenir des chantiers en 2021 et surtout regarnir les carnets de commandes", avertit Didier Block, le président de la Fédération des entreprises de voirie.

"Il ne faut pas traîner si on veut obtenir des chantiers en 2021 et surtout regarnir les carnets de commandes."
Didier Block
Président de la fédération des entreprises de voierie

La Sofico va investir 180 millions cette année

L'attente d'un accord politique n'a pas empêché la Sofico, le bras armé du gouvernement, à se mettre en marche. Elle devrait investir 180 millions dans une série de chantiers du "plan infra" cette année. Il faut donc jongler avec les plannings des chantiers et les chiffres financiers entre "une planification adéquate du cash-flow (recettes et dépenses) et le recours adéquat à l'emprunt."

L’entreprise publique a profité des derniers mois pour renforcer sa situation de trésorerie (elle est passée de 6 millions en 2019 à 49,5 millions fin 2020) afin de "soutenir la relance en Wallonie". Elle a ensuite procédé à un allongement de la maturité de son endettement à court terme. "Ce refinancement s’est opéré via des émissions obligataires totalisant 152 millions durant l’exercice 2020, dont la maturité moyenne s’établit à 20,3 ans." Et pour cette année, la Sofico a porté à 220 millions son programme d’émissions obligataire. Derrière ces chiffres, les responsables entendent se positionner "afin de financer l’accélération du déploiement du plan infrastructures et mobilité pour tous 2020-2026".

Parmi les projets emblématiques, la Sofico pointe la poursuite du plan lumière et du déploiement de la fibre optique afin de raccorder les zones d'activité économique, le lancement du chantier du bus à haut niveau à Charleroi.

Sur le terrain, si le secteur se montre prêt pour absorber les chantiers, il demande une planification ordonnée. "Nous demandons un rythme d’investissements continu et de la stabilité afin d’assurer les investissements nécessaires et les engagements en personnels", plaide Didier Block.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés