Le PS a "pillé" Ecolo

Les socialistes ont bénéficié d’un apport considérable de voix dévolues à Ecolo il y a un an, selon une étude de l’ULB. Il bénéficie en outre d'un électorat particulièrement fidèle.

Les transferts de voix sont un baromètre essentiel pour comprendre le résultat d’une élection. Une première analyse du scrutin du 13 juin a été réalisée par le Centre d’étude de la vie politique (Cevipol) de l’ULB. Il s’agit d’une enquête "sortie des urnes" auprès de 5.000 personnes. Précisions importantes: on parle ici de la Wallonie (pas de Bruxelles) et la comparaison s’effectue avec 2009 (les élections régionales) et pas 2007 (les législatives).

 

- Le PS garde ses électeurs… 87% des personnes ayant voté PS en 2009 ont de nouveau donné leur voix aux socialistes. Ce "taux de rétention" représente un socle de 571.000 électeurs. C’est exceptionnellement élevé. Par comparaison, le taux de rétention du MR s’élève à 78% et celui du cdH à 69%. Ecolo a l’électorat le moins fidèle: seule une personne sur deux ayant voté pour les Verts en 2009 a confirmé son choix un an plus tard. Cette volatilité de l’électorat Ecolo avait déjà été observée par le passé.

 

-… et il "pille" Ecolo. Le parti d’Elio Di Rupo a "chipé" des voix à tous les partis. Sauf un: le PTB. La gauche radicale est bénéficiaire net de transferts de voix du PS à son profit (environ 6.800 voix). En revanche, le PS a pris des voix à toutes les autres formations. Mais c’est surtout Ecolo qui en souffre. Le PS est bénéficiaire net de plus de 72.500 voix "vertes" (+18.000 par rapport au MR et +14.200 par rapport au cdH).

 

- Bilan mitigé pour le MR. Le décompte des "arrivées" et des "départs" est favorable aux réformateurs vis-à-vis d’Ecolo (+15.900 voix) et du cdH (+5.000 voix). Mais il est négatif vis-à-vis du PS (-18.000 voix) et du Parti populaire (-21.800 voix).

 

- Le cdH n’élargit pas sa base. Les "humanistes" ont réalisé en Wallonie la plus mauvaise performance de leur histoire. Le cdH n’arrive pas à élargir la base sociale et électorale de l’ancien PSC, note le Cevipol. Les transferts de voix du cdH sont positifs vis-à-vis d’Ecolo (+8.400) mais négatifs avec le MR (-5.000), le PS (-14.200) mais aussi avec les "petits" partis, notamment le PP.

 

- Ecolo lâche partout. Avec un recul de 6,3% (par rapport à 2009, répétons-le), les Verts donnent des voix à toutes les autres formations. En particulier au PS, on l’a dit. Mais aussi au MR, au cdH et aux petits partis. Conclusion: l’équation idéologique d’Ecolo est pour le moins complexe, explique le Cevipol.

 

- Le PP séduit les déçus du MR et les protestataires. Nouveau venu, le parti de Mischaël Modrikamen "pique" des voix en particulier au MR (22.000). Mais il capte aussi une partie du vote protestataire, ce qui explique l’apport d’anciens électeurs Ecolo (+10.800) et FN (+9.150). Il bénéficie aussi d’un transfert non-négligeable du cdH (+9.500) auquel il a d’ailleurs raflé un siège en Brabant wallon.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés