Publicité

Le salaire de Stéphane Moreau sera divisé par quatre

©Photo News

C'était dans l'air depuis la semaine dernière, mais les décisions s'enchaînent rapidement en terre liégeoise. Après la scission des activités commerciales et d'intérêt général de Nethys vendredi, c'est le plafonnement des salaires de ses top managers qui est voté à l'unanimité lors du Conseil d'administration de Nethys. Il était temps car la ministre de tutelle Valérie De Bue (MR) a remis la pression pas plus tard que jeudi dans un courrier officiel envoyé à ce dernier.

Lundi électrique rue Louvrex à Liège. Selon la porte-parole de Nethys, Marie-Pierre Deghaye, c’est officiel depuis ce lundi matin: tous les top-managers de Nethys - Stéphane Moreau compris - ont accepté de voir leur salaire plafonné à 260.000 euros maximum (245.000 euros indexés sur base 2012), et ce dès le 1er juin prochain.

Après la séparation programmée de Nethys et de son pôle GRD, qui passera sous le gyron de Finanpart par le biais de la cession de 9.063.476 actions représentatives du capital de la S.A. Resa, après la scission des activités commerciales et d'intérêt général de Nethys (> Lire à ce sujet Nethys loge ses bijoux dans une nouvelle structure), cette troisième mesure permet à la société publique à capitaux privés de rentrer progressivement dans les clous fixés par la Directive de la Région wallonne en la matière, qui impose, depuis le 24 mai dernier, de plafonner les salaires dans les intercommunales.

Pour Stéphane Moreau et ses lieutenants, le geste est bien plus que symbolique.

Dans la foulée du conseil d'administration de Publifin se tient également ce lundi, décidément chargé d'électricité liégeoise, celui de sa filiale Finanpart. La soirée devrait donc également être fertile en décisions de ce côté rue Louvrex.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés