Le signal de Botrange, point stratégique des firmes de trading à haute fréquence

©Photo News

L’opposition des habitants de Richborough à la construction d’un pylône de relais entre les marchés de Londres et de Francfort pousse les firmes de THF à se tourner vers le signal de Botrange.

À Oostduinkerke, l’immeuble numéro 27 de l’Europaplein comporte une antenne étrange. Elle mesure 18 mètres et représente le vestige d’une ancienne radio locale. En novembre 2015, le syndicat du bâtiment accepte la proposition de Vigilant Global de remplacer cette antenne par une autre de 31 mètres. Avec la hauteur du bâtiment, la firme canadienne, filiale du fonds spéculatif américain DRW, dispose d’une hauteur totale de 85 mètres. Pourtant, lorsque nous nous rendons sur les lieux à l’heure actuelle, l’antenne de 18 mètres reste toujours en place. À Tirlemont, 165 kilomètres plus loin à vol d’oiseau, le château d’eau où Vigilant Global voulait placer une antenne reste pour l’instant intact. "Tout dépend de Richborough, et du permis de bâtir que Vigilant Global essaie d’obtenir" pour la construction d’un pylône de 320 mètres, explique Alexandre Laumonier, auteur des livres 5 et 6 consacrés au trading à haute fréquence, et anthropologue des marchés. Mais les habitants de la commune anglaise ont refusé la construction de cette tour, plus haute que la tour Eiffel, en février, estimant que celle-ci dénaturerait l’apparence des lieux, car elle devait se construire sur les ruines d’un ancien fort romain. Alexandre Laumonier souligne que Vigilant Global veut établir un relais d’antennes hertziennes depuis Richborough jusqu’à Simmerath en Allemagne, en passant par Oostduinkerke, Egem, Merchtem, Tirlemont, et Welkenraedt, afin de gagner de précieuses microsecondes. Vigilant Global n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

"Comme les firmes de trading ne peuvent pas utiliser la route sud, elles doivent prendre leur relais à travers les Ardennes."
Alexandre Laumonier
anthropologue des marchés

Entre Londres et Francfort

©Mediafin

Les firmes comme DRW, Jump Trading, Optiver… actives dans le trading à haute fréquence utilisent un réseau d’antennes pour envoyer leurs données de marché le plus rapidement possible entre les centres de données de Londres (à Slough et Basildon) et de Francfort, là où s’effectue l’appareillement des transactions sur les marchés de dérivés et d’actions sur les marchés européens. Ce réseau leur permet de diminuer de 30 à 40% le temps de transmission des données par rapport à la fibre optique, à 4,132 millisecondes. Mais il ne remplace pas complètement la fibre optique terrestre, car il ne permet que de transmettre un nombre limité de données (60 à 150 mégabits par seconde contre plusieurs terrabits pour la fibre optique).

DRW veut gagner encore plus de temps en se rapprochant de la ligne droite entre Londres et Francfort selon Alexandre Laumonier. En 2013, Jump Trading, une firme concurrente, avait acquis le pylône de 243 mètres de haut situé à Houtem, pile dans l’axe de cette ligne droite, qui lui permet de directement transmettre ses données depuis Swingate en Angleterre, sans devoir passer par Calais. Les autres firmes, comme DRW, doivent encore passer par Dunkerque, avant de rejoindre Tilmanstone en Angleterre, dernier relais avant la banlieue de Londres.

Le joker Signal de Botrange

Alexandre Laumonier note que les firmes de trading à haute fréquence se sont tournées vers le signal de Botrange, le point le plus haut de Belgique, à 694 mètres. Des antennes relais ont déjà été installées sur le toit de la tour en pierre, qui permet d’atteindre 718 mètres. Daniel Stoffels, bourgmestre (MR) de Waimes, explique que "toute une série d’antennes installées sur le signal de Botrange ne sont plus en règle de permis de bâtir. Nous allons construire une nouvelle tour (de 50 mètres de haut). Plusieurs sociétés de trading nous ont contactés pour y installer leur système de paraboles afin d’accélérer leur procédure de transactions. Nous avons fait un appel d’offres. Pour l’instant, le dossier est à l’étude chez nos avocats conseils", ajoute-t-il, en précisant que la dernière synthèse de celui-ci sera finalisée la semaine prochaine. Le conseil communal devra alors approuver la construction de ce pylône, avant de lancer les travaux. "Il devrait approuver", souligne Daniel Stoffels.

Une fois construit, le pylône ne dépassera pas les 718 mètres artificiellement atteint avec la tour en pierre. "Le pylône sera reculé à l’extérieur du parking. Il sera aussi haut que le signal de Botrange et la tour (en pierre) de 28 mètres. Il permettra de bien desservir le réseau GSM et les antennes radio", relève le bourgmestre de Waimes. Pour les firmes de trading à haute fréquence, déçues par l’échec de Richborough, le signal de Botrange représentera une belle compensation. "Comme les firmes de trading ne peuvent pas utiliser la route sud à cause de Richborough, elles doivent prendre leur relais à travers les Ardennes", explique Alexandre Laumonier. Le relais passe d’abord par la Flandre, notamment par la tour d’Egem, haute de 305 mètres, exploitée par Norkring qui loue ses services à la VRT, aux firmes de trading, aux sociétés de services financiers comme McKay Brothers, et aux sociétés de télécommunication. Norkring ne s’exprime pas sur le sujet.

La tour de Leeuw-Saint-Pierre, haute de 300 mètres et utilisée par la VRT, sert ensuite de relais pour certaines des firmes de trading et de services financiers. Le Signal de Botrange se placera dans leur axe pour le relais suivant.

©Jan de Meuleneir

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n