Les agriculteurs wallons réclament une assurance-récolte

©Kristof Vadino

Une vague "d'extrême sécheresse" gagne du terrain en Wallonie, mais aussi en Flandre. D'ici 10 jours, tout le Brabant wallon sera concerné. Certains rendements agricoles sont en baisse par rapport à la normale. La Fédération Wallonne de l'Agriculture plaide pour une assurance contre les risques climatiques.

Ces derniers mois, dans certaines régions de Wallonie, les jours de pluie se comptent sur les doigts d’une main. Le duo mai-juin est un record. "Si l’on prend la moyenne de ces deux mois respectifs, jamais nous n’avions enregistré de telles données depuis 1901", précise Pascal Mormal, climatologue à l’IRM.

En mai, à Uccle, l’IRM a enregistré des précipitations presque 10 fois moins importantes par rapport à la norme. 13,9 litres/m² contre 66,5 en moyenne. Juin est loin d’être encourageant: 15,8 litres comptabilisés au mètre carré pour 71,8 de moyenne. "Juillet ne s’annonce pas meilleur", poursuit-il, sceptique. L’indice de sécheresse "extrêmement sec" devrait se poursuivre et s’étendre au nord du sillon Sambre et Meuse, en Hainaut et en Brabant wallon.

L'indice de sécheresse actuel. ©DR

L'indice de sécheresse dès le 15 juillet. ©DR

-10% de rendements pour l'escourgeon

©Kristof Vadino

La sécheresse, justement, parlons-en. Car si la météo sourit au tourisme et à l’horeca, les agriculteurs, eux, risquent de payer rubis sur l’ongle. "La situation en juin a été problématique", insiste Aurélie Noiret, conseillère au service d’études de la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA). Le rendement des moissons de l’escourgeon a diminué de 10%, soit 7 à 8 tonnes/hectare. Les craintes se profilent aussi vers le froment où, actuellement, la teneur en amidon est "mauvaise".

Ces faibles récoltes n’ont pas encore d’incidence sur les prix du marché. La Belgique ne peut, à elle seule, souffler le chaud et le froid sur les courts des céréales. "Des pays comme l’Ukraine et la Russie ont une réelle influence. C’est là que tout se joue."

Cette inquiétude des scientifiques et experts est palpable sur le terrain. A Wavre, Dominique et Henri, agriculteurs depuis 1985, scrutent chaque jour leur terres sous un ciel azur. "Depuis trois mois, il ne pleut quasiment pas, désespère Henri. La région est très touchée. Le centre est toujours épargné par les pluies. En 30 ans, nous connaissons un record de sécheresse." Ici, les Wavriens pensent perdre entre 20% et 30% de rendement pour le froment. Et de tomber, en quelques semaines, de Charybde en Scylla.

La récolte de la betterave sera une catastrophe. Elles étaient pourtant semées le 7 avril dernier, dans de bonnes conditions.
Dominique Lebrun
Agricultrice à Wavre

"Même chose pour l’herbe. Nous avons perdu une coupe sur quatre." La petit lueur d’espoir se trouve du côté de l’escourgeon où, dans leur exploitation, Dominique et Henri ont récolté 9,5 tonnes par hectare sur des sols limoneux et 6 tonnes sur les sols sablo-limoneux. Des résultats au-delà de la moyenne.

Quelques kilomètres plus au sud, c’est le même son de cloche. Manuel, céréalier depuis 23 ans à Emines, enregistre une perte de 20% sur l’escourgeon. "La récolte de la betterave s’annonce mauvaise. Le légume a besoin d’eau pour grossir son pivot."

L'inquiétude commence aussi à gagner le secteur de la pomme de terre. "Idéalement, les tubercules devraient grossir maintenant, explique Pierre Lebrun, coordinateur auprès de la Filière Wallonne de la Pomme de Terre (FIWAP). Elles attendent de l'eau. S'il ne pleut pas, les rendements seront compromis." Pour la varité des hâtives, les récoltes pourraient être repoussées. "Nous pourrions retarder les récoltes le plus possible pour amener le plus d'eau possible dans la plante."

L'industrie de la pomme de terre peut tenir jusqu'au mois d'août.


Les marchés ne sont, pour le moment, pas encore fébriles. "Il n'y a actuellement aucun problème car il y a un excédent de la production de 2017. Les industries ont encore des réserves jusqu'au mois d'août. Si nous restons en situation de sécheresse, alors les acheteurs commenceront à s'inquiéter et repousseront leurs ventes."

Une assurance contre les risques climatiques

©Kristof Vadino

Pour pallier les pertes économiques dues à la météo, la FWA souhaite mettre en place des assurances récoltes pour contrer les risques. L’idée, qui sera présentée à la prochaine foire agricole de Libramont (27 au 30 juillet), est basée sur un indice des températures ou des précipitations. "Par exemple, s’il pleut moins de x millimètres, l’agriculteur toucherait une indemnité pour compenser", précise Aurélie Noiret.

La Fédération souligne deux avantages:

  • Primo, l’agriculteur ne doit pas attendre de constater les dégâts.
  • Secundo, il aurait jusqu’à 15 jours avant l’arrivée d’un phénomène météorologique pour pouvoir s’assurer. En France, ce type d’assurance rencontre un franc succès auprès des vignerons. "Mais si l’idée est bonne, elle coûte trop cher, tempère Manuel, le céréalier. Surtout si l’on veut s’assurer un revenu."

→ Qu’on se rassure, les ressources en or bleu sont encore suffisantes. Des mesures restrictives en eau ne sont pas à prévoir prochainement, notamment en Wallonie. "Car le sud du pays est constitué de nappes phréatiques avec une plus grande inertie par rapport à la Flandre qui elle, possède davantage des nappes de surface", conclut le climatologue de l’IRM.

René Collin favorable à une assurance européenne

A Namur, le ministre wallon de l'Agriculture se dit "déçu" de l'absence d'un dispositif d'assurance récolte dans les propositions de la Commission européenne pour la programmation 2021-2027 de la Politique agricole commune (PAC),

Ce système, qui est toujours en discussion au niveau de la Région, permettrait de dédommager plus rapidement les agriculteurs par une assurance privée supplémentaire contractée au préalable. Après expertise, ces agriculteurs qui perdraient au minimum 20% de leurs cultures à cause d'évènements climatiques extrêmes tels que la sécheresse pourraient être indemnisés.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content