Les astreintes prolongées jusqu'au 23 mai chez skeyes

©BELGA

Le conflit entre la Wallonie et le l'entreprise Skeyes (ex-Belgocontrol) n'en finit pas de durer. Et les menaces d'astreintes non plus. Celles-ci ont été prolongées jusqu'au 23 mai par le ministre wallon Jean-Luc Crucke.

Alors que les perturbations se poursuivent dans le ciel belge en raison des actions des contrôleurs aériens de skeyes, la justice a décidé de prolonger la menace d'astreinte jusqu'au 23 mai. C'est ce qu'a affirmé ce vendredi, en séance plénière du parlement wallon, le ministre régional en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke.

"Nous avons aussi demandé que dans le prochain contrat de gestion soient prévus des sanctions plus fortes et un service minimum."
Jean-Luc Crucke

En fin de semaine dernière, la société Liege Cargo Handling Services (LACHS) et la compagnie aérienne Cargo Airlines (CAL), toutes deux établies à l'aéroport de Liège, avaient annoncé leur intention d'intenter une action en référé afin de mettre un terme au blocage. Dans la foulée, la justice avait ordonné à skeyes d'assurer son service jusqu'à lundi, nuit comprise, sous peine d'une astreinte de 250.000 euros par heure d'interruption.

"Lorsque, systématiquement, le blocage vient du nord du pays et pas du sud, on peut se demander si ce qu'on veut foutre en l'air, ce n'est pas le redressement wallon."
Jean-Luc Crucke

"La justice a décidé de prolonger cette astreinte jusqu'au 23 mai", a assuré ce vendredi Jean-Luc Crucke (MR) selon qui le gouvernement régional a par ailleurs saisi le Premier ministre Charles Michel et le ministre fédéral en charge du secteur, François Bellot, afin que des négociations soient engagées avec les travailleurs. "Nous avons aussi demandé que dans le prochain contrat de gestion soient prévus des sanctions plus fortes et un service minimum", a poursuivi le ministre wallon en dénonçant une nouvelle fois l'aspect communautaire du conflit.

"Lorsque, systématiquement, les actions ne sont pas couvertes par les syndicats; lorsque, systématiquement, le blocage vient du nord du pays et pas du sud, on peut se demander si ce qu'on veut foutre en l'air, ce n'est pas le redressement wallon", a-t-il conclu.

La partie ouest de l'espace aérien belge sera d'ailleurs à nouveau fermée dans la nuit de vendredi à samedi entre 1h30 et 4h30. La période initialement annoncée, de minuit à 6h, a finalement été revue à la baisse par Skeyes. Cette fermeture intervient à nouveau en raison d'un manque de contrôleurs aériens, plusieurs aiguilleurs du ciel s'étant pour la énième fois déclarés malades.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés