Les indemnisations des cas de peste porcine tiendront compte du type d'élevage

©BELGA

Denis Ducarme a tenté de rassurer les éleveurs lors d'une réunion interministérielle à Bruxelles en présence de l'Agrofront, concernant la peste porcine africaine.

Le ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme a déclaré, au terme d'une réunion interministérielle à Bruxelles, que les indemnisation des éleveurs porcins qui devront faire face à l'abattage de leurs bêtes dans la zone sécurisée prendront en compte les spécificités d'élevage.

"Le prix du marché mais aussi le type d'élevage, bio ou industriel, et les frais d'expertise entreront dans le calcul des indemnisations", a expliqué le ministre, en réponse à une inquiétude du secteur porcin.

Il a aussi défendu l'abattage préventif de quelque 4.000 cochons domestiques en province du Luxembourg, en insistant sur la nécessité de protéger une filière qui compte six millions de porcs à l'échelle nationale et représente 15.000 emplois directs.

"Le prix du marché mais aussi le type d'élevage, bio ou industriel, et les frais d'expertise entreront dans le calcul des indemnisations."
Denis Ducarme (MR)
ministre de l'Agriculture

"C'est une décision très difficile mais nécessaire pour éviter la propagation du virus de la peste porcine africaine", a-t-il souligné. Ce mardi, un quinzième cas de sanglier contaminé a d'ailleurs été détecté

La Flandre aidera ses éleveurs

Côté flamand, la ministre en charge du dossier Joke Schauvliege (CD&V) a annoncé que les élevages porcins flamands qui prendront des mesures destinées à éviter la propagation de la peste porcine africaine bénéficieront de l'aide du fonds flamand d'investissements pour l'agriculture. Sont notamment visées l'installation de doubles clôtures ou de barrières canadiennes, a précisé la ministre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect