Les particuliers wallons ont prêté 1,3 million d'euros aux PME

Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Economie wallon, qui avait lancé la mesure le 1er octobre 2016. ©Debby Termonia

Lancé en octobre 2016 par la Région wallonne, le prêt coup de pouce a déjà permis aux jeunes entreprises de lever 1,3 million d’euros.

Premier bilan encourageant pour le prêt coup de pouce wallon. Lancé par la Région le 1er octobre dernier, ce nouveau mode de financement entre particuliers et entreprises a déjà permis de lever 1,3 million d’euros sur les 5,5 premiers mois. Un bon début!

Capter l’épargne

Avant de se plonger dans les chiffres de ce premier rapport fourni par le cabinet du ministre de l’Economie Jean-Claude Marcourt (PS), revenons sur la mesure. Inspiré du "win-wineling" flamand, ce dispositif vise à stimuler le prêt de particuliers vers de jeunes entreprises (maximum 5 ans d’activités).

Si le gouvernement wallon n’a pas joint sa garantie aux prêts, les particuliers bénéficient, en plus de l’intérêt sur leur prêt, d’un crédit d’impôt de maximum 4% par an du montant prêté pendant les quatre premières années et de 2,5% pendant les quatre années suivantes. Le plafond des sommes apportées est lui fixé à 50.000 euros.

De son côté, le starter peut emprunter jusqu’à 100.000 euros auprès de différents prêteurs.

75% des prêteurs ont un lien familial avec l’entreprise.

Et en cas de faillite? Le prêteur est assuré de percevoir son crédit d’impôt pour la durée restante du prêt. Voilà pour la théorie!

Depuis son lancement en octobre 2016, 63 demandes d’enregistrement de prêts ont déjà été transmises à la Sowalfin, l’outil financier wallon chargé de gérer le prêt coup de pouce. Le montant global levé par les entreprises est de 1,382 million d’euros entre le 1er octobre et le 15 mars.

Ce premier rapport d’activités est salué par le cabinet du ministre Marcourt qui parle "de beau succès". Le rapport rappelle en outre que la mesure similaire en Flandre avait enregistré 144 demandes la première année de son lancement.

Si certaines demandes sont malgré tout toujours à l’analyse, la Sowalfin précise que 9 entreprises bénéficient de 2 prêts de différents prêteurs, 2 entreprises de 3 prêts et 1 entreprise a reçu des fonds de 4 prêteurs différents. Les prêts sont par ailleurs essentiellement tournés vers les jeunes entreprises (57% ont moins de deux ans).

Le pensionné de la famille

On en connaît aussi un peu plus sur le profil du prêteur: pensionné, âgé de 56 à 65 ans, il a généralement un lien familial avec l’emprunteur. Les chiffres sont d’ailleurs assez frappants.

Prenons l’âge, 38% des prêteurs ont entre 56 et 65 ans. Quant à son statut social, 35% des prêteurs sont prépensionnés ou pensionnés. À l’opposé, ils sont seulement 18% à être employés et 6% à être ouvriers. Le lien familial est également très marqué: 75% des prêteurs ont un lien de parenté avec l’entreprise alors que 20% sont des connaissances ou amis et 5% seulement des personnes sont issues du réseau professionnel.

Les sommes prêtées sont, elles, dans 41% des dossiers, inférieures aux 10.000 euros. Malgré tout, 22% des prêts oscillent entre 30.000 et 50.000 euros. Entre les deux extrêmes, 37% des prêts concernent des montants situés entre 10.000 et 30.000 euros.

Caractéristiques des prêts

À côté du profil des prêteurs, ce premier bilan permet d’identifier les besoins des jeunes entreprises. Les raisons sont nombreuses: achat de matériel, immobilier, installation d’un commerce ou fonds de roulement. Le profil des débiteurs est également plus affiné. En majorité, les entreprises sont actives dans le commerce de détail et la construction. Quant aux montants levés par les sociétés (ou les indépendants), 30% sont supérieurs à 30.000 euros, 38% sont situés entre 10.000 et 30.000 euros et 32% sont sous les 10.000 euros.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés