Les robots menacent 565.000 emplois en Wallonie

©REUTERS

À la demande du gouvernement wallon PS-cdH, l’Iweps a calculé l’impact de la digitalisation et de la robotisation sur l’emploi wallon.

Les estimations de l’institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) donneront des sueurs froides au prochain gouvernement. Dans une étude transmise à L’Echo, l’Iweps a analysé, à la demande du ministre-président sortant Paul Magnette (PS), les "tensions et les enjeux afférents au processus de la digitalisation et de la robotisation de l’économie Wallonne, principalement au regard de l’emploi".

Le constat est interpellant. "Près de la moitié de l’emploi wallon existant serait menacé par la substitution d’ici une à deux décennies, ce qui correspond à quelque 564.000 emplois." Ces chiffres sont d’autant plus inquiétants que "la Wallonie apparaît sous-spécialisée dans le secteur du numérique en termes de nombre d’entreprises". Ainsi, sur les 39.815 entreprises reprises dans le secteur numérique, 59% sont basées en Flandre, 16% à Bruxelles et 25% en Wallonie.

Il faut néanmoins éviter de tomber dans le piège des chiffres. Si le phénomène peut paraître dévastateur au premier abord, l’analyse ne tient pas compte de la création d’emplois liée à la digitalisation qui seront créés. "Ces résultats se rapportent à une évaluation brute des effets sur l’emploi basée sur l’éventualité statistique d’une substitution d’emplois existants par des machines, sans considérer le potentiel de création d’emplois nouveaux que générerait la révolution digitale." Le constat reste néanmoins interpellant.

→ Quelques métiers sont particulièrement exposés "à cette menace". Dans le haut de la liste, on trouve l’employé administratif. "Un emploi en danger de robotisation sur cinq se rapporterait aux employés de type administratif, soit un peu plus de 116.500 emplois." Le personnel des services directs aux particuliers, les commerçants et les vendeurs représentent la deuxième catégorie de personnes fortement exposées par la digitalisation avec 105.000 wallons touchés. L’Iweps constate par ailleurs que dans ces différentes catégories, "près de quatre emplois menacés sur dix concernent une majorité de femmes". Les métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat (80.821 postes) et les professions élémentaires (79.370 postes) seront aussi massivement touchés par la révolution numérique.

Les experts de l’Iweps se veulent malgré tout prudents face à ces chiffres. "Les emplois menacés seraient des métiers requérant peu ou pas de qualification et peu chargés en compétence. Par conséquent, le scénario d’une extinction d’emplois massive n’est pas le plus plausible." Ils rappellent aussi que si des innovations de procédé induisent certains gains de productivité – avec une perte d’emplois – les innovations vont faire émerger de nouveaux emplois. Enfin, cette digitalisation pourrait conduire à des processus de relocalisation avec de nouveaux emplois créés.

→ L’analyse conclut par la nécessité de poursuivre une autre révolution: celle de l’enseignement et de la formation.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect