mon argent

Les Wallons bénéficieront d'une assurance-autonomie en 2020

©Hollandse Hoogte / Olaf Kraak Fotografie

Le gouvernement wallon a validé jeudi le projet d’assurance-autonomie. Son entrée en vigueur n’est pas attendue avant 2020. Ecolo juge cette mesure "insuffisante".

A l’approche de la période symbolique des 100 jours depuis sa mise en place fin juillet, la coalition MR-cdH en Wallonie met les gros braquets afin de valider des dossiers emblématiques. Outre l’arsenal de mesures destiné à améliorer la gouvernance et la transparence des rémunérations au sein des organismes publics en Wallonie, MR et cdH ont approuvé jeudi les contours de la future assurance-autonomie. Ce gros dossier poussé par la ministre de la Santé et de l’Action sociale Alda Greoli (cdH) était resté sur le carreau sous l’ère des socialistes.

Accompagner la perte d’autonomie

Cette nouvelle couverture sociale, dont l’entrée en vigueur est prévue pour 2020, s’axe autour de deux branches: le financement d’interventions à domicile quel que soit l’âge et, pour les plus de 65 ans en perte d’autonomie, le droit à une allocation forfaitaire, quel que soit le lieu de résidence.

C’est un des piliers sur lequel la Wallonie pourra s’appuyer pour proposer un accompagnement social.
Alda Greoli
Ministre de l’Action sociale

Rassurée de voir son chantier validé après les turpitudes essuyées par son prédécesseur Maxime Prévot (cdH) sous l’ancienne coalition, Alda Greoli décrit cette assurance comme "un des piliers sur lequel la Wallonie pourra s’appuyer pour proposer à l’ensemble de la population un accompagnement social et de bien-être de large ampleur. L’assurance-autonomie interviendra quels que soient le motif de la perte d’autonomie et l’âge auquel elle survient".

Cette assurance aura forcément un coût pour les citoyens. Le gouvernement évalue le budget à 416 millions par an. Le paiement d’une cotisation annuelle de 50 euros (dont le montant sera indexé en fonction de l’indice santé) sera dès lors rendu obligatoire pour chaque wallon dès ses 26 ans.

Un compte "assurance-autonomie"

A quoi pourra prétendre très concrètement un wallon?

Le premier volet de l’assurance concerne les interventions au domicile. Dans une situation de perte d’autonomie, une personne aura droit à un nombre d’heures de prestations d’aides à domicile (aide ménagère sociale, aide familiale et garde à domicile). Très concrètement, un compte "assurance-autonomie" sera ouvert auprès de l’organisme assureur du bénéficiaire. Il reprendra les heures de crédits des prestations d’aide et de service auquel il a droit. "Aucun montant en espèces ne sera versé directement aux bénéficiaires", précise le cabinet de la ministre de la Santé.

Le deuxième volet porte sur une "assurance forfaitaire autonomie". Elle remplacera les allocations pour l’aide aux personnes âgées versées par le Fédéral. Cette allocation sera exclusivement versée aux plus de 65 ans en perte d’autonomie qui bénéficient de revenus limités. En pratique, un montant financier de 85 à 571 euros par mois en fonction des revenus sera octroyé aux bénéficiaires, tant aux personnes résidant à domicile qu’en institutions.

"Insuffisant", juge Ecolo

Dans l'opposition, Ecolo a jugé samedi l'initiative "insuffisante" dans sa version actuelle.  Pour les Verts, le projet ne peut être seulement limité aux services à domicile. Il devrait en outre être financé par une participation progressive liée aux revenus, plutôt qu'une cotisation forfaitaire de chaque Wallon. (Belga)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés