Muriel Targnion au bord de l'exclusion du PS

Muriel Targnion a outrepassé les décisions de son parti en négociant un nouvel accord de majorité à Verviers en dépit d'une mise sous tutelle des instances socialistes locales. ©Photo News

La bourgmestre de Verviers a une fois de plus défié l'autorité de la direction du parti et risque désormais l'exclusion.

Le parti socialiste a lancé mercredi une procédure interne afin de sanctionner Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers, pour avoir enfreint les directives du parti en déposant une motion de méfiance collective contre le collège, alors que l'Union socialiste communale (USC) et la Fédération verviétoise du PS étaient sous tutelle. Elle risque l'exclusion du PS.

Comment en est-on arrivé là? En toile de fond, il y a ces vives dissensions entre Hasan Aydin, deuxième score PS lors des élections communales à Verviers et désigné à la tête du CPAS local, et les autres membres du PS local. La gestion d'Hasan Aydin pose problème et provoque beaucoup d'instabilité au sein de la majorité verviétoise. On lui reproche, entre autres, que des fonds de réserves du CPAS aient été transférés vers le budget extraordinaire, mettant en péril la gestion financière de la Ville.

Une motion de méfiance individuelle, signée par 10 des 13 élus socialistes et par les deux autres partis de la majorité, avait été déposée fin juin à l'encontre du président du CPAS. La direction du PS a essayé de calmer les esprits en organisant une conciliation entre les intéressés. Sans succès.

Nouveau pacte de majorité

Mardi, tout s'est accéléré. Durant la matinée, le PS a mis sous tutelle l'Union socialiste communale (USC) de Verviers ainsi que de la Fédération verviétoise du parti. Mais bien vite, l'autorité des tuteurs a été bafouée. Dans l'après-midi, une motion de méfiance collective était déposée par le collège, dont le "clan Targnion" – six élus socialistes – et le cdH. La bourgmestre a expliqué que cette initiative avait été prise car la ville de Verviers était devenue ingouvernable. Et c'est ainsi qu'un nouveau pacte de majorité a été négocié entre les partis au pouvoir, le PS, le MR et Nouveau Verviers, auxquels s’ajouterait le cdH.

La mesure disciplinaire ne vise actuellement que la bourgmestre, considérée par les instances du parti comme l'instigatrice de la motion de méfiance collective.

La mesure disciplinaire ne vise actuellement que la bourgmestre de Verviers, considérée par les instances du parti comme l'instigatrice de la motion de méfiance collective. La procédure exacte visant Muriel Targnion et le timing, que le PS souhaite rapide, n'ont pas encore été déterminés.

Une histoire mouvementée

Muriel Targnion et le PS, c'est une histoire mouvementée qui pourrait donc se terminer. Rappelons qu'elle n'avait pas fait long feu à la présidence d'Enodia, ex-Publifin, après que son parti, tant national que liégeois, lui a fait comprendre que sa ligne de gestion n'était pas celle qu'on attendait d'elle. À savoir que la bourgmestre de Verviers depuis 2015 privilégiait plutôt les intérêts du management de Nethys que ceux des actionnaires...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés