Nethys attaque le réviseur PwC en justice

©anthony dehez

Par son action en référé, Nethys veut contraindre PwC à collaborer avec le nouveau réviseur dans le cadre de l'approbation des comptes 2020.

Nethys continue à régler les comptes de son passé. Cette fois, la société, emmenée par Renaud Witmeur et Laurent Levaux, a intenté une action en référé contre le réviseur PwC devant le tribunal de l’entreprise de Liège. Les relations entre Nethys et PwC, le réviseur de ses comptes, étaient tendues depuis le dépôt des conclusions d’un rapport forensic effectué pour le compte de Nethys par le consultant Deloitte.

Dans ses grandes lignes, ce rapport avait mis au jour un grand nombre d’opérations atypiques et d’irrégularités pour des montants substantiels. Et dans la mesure où PwC n’avait émis aucune remarque sur les comptes des années concernées par les irrégularités (2018 et 2019), Nethys avait décidé de s’intéresser de plus près à la mission de PwC. Précisons que les représentants d’Enodia, la maison-mère de Nethys, n’avaient pas donné la décharge à PwC en ce qui concerne les comptes 2019.

Un couac dans le processus de vente de VOO

C’est à la veille de la clôture des comptes 2020 que la tension entre les parties a monté d’un cran. À l’issue de la revue de ces comptes, PwC avait demandé à Nethys de lui confirmer qu’aucune action en justice ne serait introduite à son encontre pour les missions effectuées en 2017 et 2018. "Vu l’ampleur des irrégularités déjà constatées, le conseil d’administration de Nethys a refusé cette condition, qui s’est apparentée à une forme de chantage", faisait savoir Nethys en fin de journée.

Les discussions en vue de la vente de VOO doivent s’appuyer sur son ebitda, mais si les comptes ne sont pas arrêtés, l’ebitda ne peut pas être déterminé de façon fixe.

C’est dans ce contexte que PwC a démissionné non seulement de Nethys et de ses filiales, mais également d’Enodia. D’après nos informations, PwC n’est plus, non plus, le réviseur de Resa depuis ce mardi. Concernant Nethys, la démission de PwC pourrait avoir un impact sur la vente de VOO. En effet, les discussions en vue de la vente de cette filiale de Nethys doivent s’appuyer sur l’ebitda de VOO, mais si les comptes ne sont pas arrêtés, l’ebitda ne peut pas être déterminé de façon fixe. Embêtant.

Grosse pression sur PwC

Face à cette situation, Nethys a écrit un courrier au Collège de supervision des réviseurs d’entreprises afin de les tenir au courant de la situation.  Parallèlement à cela, Nethys a exigé que PwC s’engage à collaborer de façon complète et intensive avec le nouveau réviseur qui sera désigné. En réalité, c’est après trois mois de travail et à deux doigts de l’approbation des comptes 2020 que le conflit s’est envenimé et que le réviseur a démissionné.

La direction de PwC se retranche derrière le respect du secret professionnel et a refusé de réagir aux reproches ainsi qu’à l’action en justice introduite.

En plus de cet engagement à une collaboration complète, Nethys souhaitait également que PwC déclare publiquement que sa démission était liée à la crainte d’un procès et n’avait rien à voir à la situation des comptes de l’année 2020. Face au double refus de PwC de répondre aux exigences de Nethys, cette dernière a décidé de citer le consultant en justice afin de l’obliger à répondre à cette double demande.

Contactée, la direction de PwC se retranche derrière le respect du secret professionnel et a refusé de réagir aux reproches ainsi qu’à l’action en justice introduite par la direction de Nethys. PwC indique néanmoins être prêt à collaborer avec le nouveau réviseur. "Il est évident que nous respecterons stricto sensu la loi et les règles déontologiques.  Ainsi, conformément à nos règles déontologiques et à l’article 13 § 5 de la Loi du 7 décembre 2016 portant organisation de la profession et de la supervision publique des réviseurs d’entreprises, nous serons à la disposition de notre confrère ou de notre consœur pour lui donner accès à nos documents de travail et à toutes les informations pertinentes qui relèvent de notre mandat."

"Nous serons à la disposition de notre confrère ou de notre consœur pour lui donner accès à nos documents de travail et à toutes les informations pertinentes qui relèvent de notre mandat."
PwC

PwC a justifié, lundi, la démission de son mandat de commissaire chez Nethys, Enodia et des sociétés contrôlées par ces deux entités par le fait qu’il s’était "retrouvé dans une situation qui a rendu impossible le fait de continuer son mandat".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés